Soutenez

Québec dit toujours non au gazoduc GNL, n’en déplaise aux conservateurs

Manon Massé_QS_Poly
Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire. Photo: Josie Desmarais / Métro

Dans une motion adoptée aujourd’hui, l’Assemblée nationale a réaffirmé qu’elle ne veut pas du projet de gaz naturel GNL Québec, après que des candidats à la chefferie du Parti conservateur ont remis le sujet à l’ordre du jour.

Le projet GNL Québec visait à exporter vers l’Europe le gaz naturel en provenance de l’Ouest canadien, via un gazoduc et une usine de liquéfaction située au Saguenay. Le gouvernement a toutefois refusé de l’autoriser.

La motion soumise par la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, réitère que cette décision a été prise parce que le promoteur n’a pas pu démontrer que le projet respectait les exigences environnementales.

L’Assemblée nationale demande aux partis politiques fédéraux de respecter les décisions et la volonté de cette Assemblée.

Extrait de la motion de Québec solidaire

Ce texte souligne à nouveau qu’Ottawa avait reconnu qu’un tel projet ralentirait la transition énergétique entamée par le Canada. La motion déposée par Québec solidaire réaffirme aussi l’absence d’acceptabilité sociale du projet GNL Québec.

Les conservateurs et l’IEDM disent «oui»

La motion survient après des sorties récentes des meneurs de la course au leadership du Parti conservateur concernant GNL Québec. Tour à tour, Jean Charest et Pierre Poilievre se sont montrés favorables au projet.

L’Institut économique de Montréal (IEDM) a aussi jeté un pavé dans la mare hier. Un sondage IPSOS commandé par l’IEDM avance que 53% des Québécois souhaiteraient voir le projet GNL Québec aboutir afin de permettre à l’Ukraine et au reste de l’Europe de réduire leur dépendance au pétrole russe. Seulement 29% s’y opposeraient.

«Alors que le gouvernement souhaitait vraisemblablement nous propulser vers l’avenir avec son projet de loi interdisant l’exploitation des hydrocarbures, il semble plutôt que celui-ci s’avère complètement anachronique», a déclaré l’analyste en politiques publiques à l’IEDM, Gabriel Giguère.

Ce sondage contredit directement d’autres sondages commandés en 2021 par des groupes environnementaux. Un sondage Léger réalisé en mars 2021 avait montré que seulement 27% des Québécois sondés étaient favorables à GNL Québec, contre 53% d’opposants. Un autre montrait que 85% des Québécois refuseraient de payer leur électricité plus cher pour financer le projet.

Plus récemment, le gouvernement Legault a voté une loi interdisant tout projet d’exploitation d’hydrocarbures au Québec.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.