Tendances
05:00 20 novembre 2008 | mise à jour le: 20 novembre 2008 à 05:00 temps de lecture: 2 minutes

Gagas de leurs bêtes

La tendance est là. Paris Hilton l’a certes exacerbée en trimballant partout son Tinkerbell. À Montréal comme dans les autres grandes métropoles, les animaux de compagnie peuvent maintenant comp­­ter sur une panoplie de services juste pour eux, du spa à l’hôtel. On est loin du chenil!

En ouvrant les portes du Muzo, hôtel et club pour chats et chiens urbains début juillet 2007, Linda Zago était bien consciente de répondre à un besoin. Il n’y a qu’à se promener dans les rues pour constater combien ces bêtes sont tirées à quatre épingles.

«On veut plus de confort, plus de divertissement pour nos animaux, fait-elle valoir. De plus en plus, l’animal prend une place importante dans le foyer, et on veut s’assurer, lorsqu’on prend des vacances, que son animal sera bien lui aussi.»

Pour satisfaire les exigences de pitou et de minou (ou celles de leurs maîtres), Linda Zago n’a rien négligé?: boutique, salles de jeux, gym canin, menus personnalisés, bains surélevés et service de câlins, le tout au bord du canal de Lachine. Le rêve, quoi. Et il ne s’agit pas là d’un cas isolé. On compte de plus en plus de «spas» pour animaux, qui leur offrent des soins cosmétiques à la fine pointe, comme l’Hôtel Balto, à Vaudreuil-Dorion, qui a lancé la semaine dernière.

Un polissage des griffes avec ça?

Besoin d’amour

Il semble que les animaux de compagnie soient passés de la niche au lit de leur maître! La relation entre le maître et son animal a changé ces dernières années, confirme Linda Zago, qui possède elle-même un berger des Pyrénées.

«Cette relation a changé parce que la place du chien a pris plus d’importance, surtout dans un contexte urbain. Pourquoi? Les gens se marient plus tard, ont des enfants plus tard… Le chien s’est élevé dans son statut au sein de la famille.»

Selon Camillo Zacchia, chef professionnel en psychologie à l’Institut Douglas, l’idée de l’amour inconditionnel est très attirante. «Un animal ne fait pas trop de demandes, il est toujours content de nous voir, il est toujours de bonne humeur. C’est une façon de nous amener dans un autre monde après une journée stressante», indique le psychologue.

Et si bichonner Fido s’avère un passe-temps relaxant, pourquoi pas?