Carrières

Dix clés pour faire le bon choix de carrière

Dix clés pour faire le bon choix de carrière
Photo: Getty Images/iStockphotoGetty Images/iStockphoto

Cette année encore, quelque 
100 000 Québécois doivent faire un choix de programme avant la date limite du 1er mars.

«Les étudiants ont peur de se tromper, ça met beaucoup de pression», reconnaît Josée Landry, présidente de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec. Voici ce qu’il faut considérer pour prendre une décision éclairée.

1. Bien se connaître
«Il faut tenir compte de ce qu’on aime, nos loisirs, nos matières préférées et nos activités parascolaires pour savoir comment on peut s’accomplir», commence Josée Landry. Déterminer nos valeurs est également à ne pas négliger. «Les parents peuvent par exemple valoriser la stabilité, alors que le jeune préférera la liberté», illustre Patricia Rancourt, conseillère d’orientation.

2. Tenir compte de 
ses capacités
«Attention aux idées reçues!», mettent en garde Josée Landry et Patricia Rancourt, qui rappellent que capacité ne rime pas forcément avec intérêt. Il n’est en effet pas rare d’entendre que les sciences ouvrent toutes les portes. «Des portes que l’on ne prendra pas nécessairement, insiste la présidente de l’Ordre. On risque de miner l’estime ou la motivation de l’élève qui ne possède ni intérêt ni facilité pour la matière.»

3. Choisir un domaine plutôt qu’une profession
«S’inscrire à une formation ne veut pas dire que l’on a un choix de carrière à faire», rappelle Patricia Rancourt. Plutôt que de choisir une profession, il est préférable de trouver un domaine qui nous intéresse. Formation professionnelle, collégiale ou universitaire : 
différentes voies pourraient alors être empruntées.

«C’est rare qu’il n’y ait pas de portes de sortie, explique Josée Landry. Ce que l’on aura appris ne sera jamais perdu.» Elle en profite pour déboulonner une autre idée reçue: «On peut tout à fait aller à l’université après avoir suivi une formation technique au cégep!»

4. Rester flexible
Les intérêts changent au cours d’une vie. Quelqu’un qui travaille en mécanique pourrait par exemple choisir de se réorienter dans l’enseignement en milieu professionnel. Et avec l’avènement des technologies et un marché du travail qui évolue, de nouveaux secteurs et métiers se développent.

5. Se faire confiance
Il est souvent laborieux pour les jeunes de ne pas céder à la pression de la société, de l’école ou de l’entourage. «On ne peut pas être sûr à 100%, pense Patricia Rancourt. Il faut se lancer et essayer.» Reconnaître ses peurs peut aider à dédramatiser la situation. «On demande souvent aux jeunes: ‘’Quel est le pire qui pourrait arriver?’’ révèle Josée Landry. Il est important de lâcher prise.»

6. Avoir un plan b
«Faire un choix demande du temps, poursuit Patricia Rancourt. Il faut se documenter sur les différentes possibilités qui existent.» Si notre premier choix n’est pas retenu, on peut alors se diriger vers un programme connexe ou qui rejoint des intérêts semblables au 2e tour, selon les places disponibles.

7. Rester branché 
sur ses besoins
D’autres critères peuvent entrer en ligne de compte dans un choix de programme: rester ou non chez ses parents, quitter ses amis ou son amoureux… «On sous-estime l’impact de cette décision sur la vie personnelle», pense Josée Landry. Dans le cas où plusieurs établissements offrent le même programme, il est important d’évaluer quel environnement nous correspond le mieux.

8. Participer 
aux portes ouvertes
Les portes ouvertes sont un excellent moyen de se faire une idée plus concrète du domaine ciblé et échanger avec les professeurs et les étudiants.

9. Ne pas se fier aux 
perspectives d’emploi
Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, de nombreux domaines tentent d’attirer davantage de candidats. Josée Landry rappelle toutefois que le marché de l’emploi est fluctuant et qu’au-delà des perspectives d’emploi, le sentiment d’accomplissement est bien souvent un facteur déterminant pour être heureux au travail.

10. Respecter les 
conditions d’admission
Les systèmes d’inscription peuvent différer d’un programme et d’une région à l’autre. Il est par contre important de rester bien au fait des règles de chaque établissement, tout en s’assurant de respecter les dates limites.

Boîte à outils

  • Les sites du SRAM et du SRAPF proposent des conseils, permettent de consulter le calendrier des portes ouvertes et de faire une demande d’admission en ligne.
  • Les sites Jeune explorateur d’un jour et Academos offrent pour leur part du mentorat et la possibilité de découvrir une profession.
  • L’Espace Parents du site orientation.qc.ca s’adresse à ceux qui souhaitent accompagner leur enfant dans sa réflexion, selon son niveau d’études et ses besoins.
  • Ma formation en vidéo présente différentes carrières et possibilités de formations.
  • Le site payant Repères.qc.ca est une mine d’informations sur les professions, les programmes, les établissements scolaires et les prêts et bourses.
  • Les ouvrages de l’auteure québécoise et conseillère d’orientation Isabelle Falardeau. «Très facile à lire et remplis d’exercices pratiques», recommande Patricia Rancourt.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *