Carrières
03:30 4 décembre 2019 | mise à jour le: 3 décembre 2019 à 21:43 temps de lecture: 3 minutes

Dans un Jardin renaît de ses cendres

Dans un Jardin renaît de ses cendres
Photo: Collaboration spécialeLes boutiques Dans un Jardin ont officiellement rouvert le 14 novembre 2019.

Alors que sa faillite avait été annoncée en novembre 2018 en raison de difficultés financières, la chaîne de produits corporels Dans un Jardin ressuscite et se refait une beauté!

«Au moment de l’annonce de la faillite, on a vu un engouement extraordinaire des Québécois pour les boutiques: on s’est carrément fait vider nos magasins», affirme avec enthousiasme Sylvain Lafrance, président du Groupe Marie Claire. 

Cette marque d’amour et de confiance du public envers Dans un Jardin a convaincu le Groupe Marie Claire d’accorder une seconde chance à l’entreprise. «Je me suis aperçu des erreurs d’administration et de gestion qui avaient été commises avec les boutiques par le passé, mais en relançant la marque, on a apporté des changements importants. Nous avons procédé à la fusion des deux bureaux chefs, par exemple, ce qui nous permet de réaliser des économies substantielles», explique M Lafrance.

Le fait d’abaisser les coûts et de concentrer les besoins, comme de réduire le nombre d’employés (de 250 à une centaine) et l’offre des produits (8 gammes plutôt que 12), permettra, espère le président du Groupe Marie Claire, de voir l’entreprise prospérer à nouveau.

«Depuis la réouverture des boutiques, la réponse des clients est excellente. Nous sommes confiants pour l’avenir.» Sylvain Lafrance, président du Groupe Marie Claire

L’image

L’entreprise a également apporté de grandes modifications aux emballages et à l’image générale de l’entreprise. «Nous sommes revenus à des emballages plus colorés, à des contenants plus vivants, plus le fun, affirme Sylvain Lafrance. Nous avons aussi modifié une gamme de produits pour enfants très populaires chez nous afin de nous ajuster à la réalité d’aujourd’hui», renchérit-il.

En effet, les collections Princesse Jujube et Capitaine Dragon ont été remplacées par la gamme Jujube les petits monstres. Le visuel des produits est non genré. Réalisées par Élise Gravel, les images ne peuvent être associées ni à un garçon ni à une fille, seulement à un enfant.

La nouvelle formule «botabiome» est également apparue sur les tablettes. Élaborée à l’aide de trois plantes qui poussent au Canada – et produite dans l’optique de protéger le microbiome grâce à des ph équilibrés et sûrs pour la peau –, cette gamme marque les nouvelles orientations que l’entreprise souhaite prendre.

«Tous nos emballages sont recyclables, nos formules sont véganes, non testés sur les animaux, et les produits sont naturels à un très haut pourcentage», rapporte Sylvain Lafrance. «On a écouté nos clients», affirme-t-il.

Articles similaires