Culture

Les Dirty Projectors illuminent le rock

Photo: Noel Vasquez/Getty

Le groupe américain frappe un grand coup avec l’album Swing Lo Magellan. Rencontre avec son leader et compositeur en chef, l’étonnant Dave Longstreth.

Des bancs de la fac aux plus grands festivals du monde, Dave Longstreth n’a pas perdu de temps. Il y a tout juste dix ans, ce chanteur, guitariste et compositeur originaire du Connecticut était encore étudiant à Yale lorsqu’il a enregistré The Graceful Fallen Mango, le premier album de ses Dirty Projectors.

Une formation à géométrie variable dont le style n’a cessé d’évoluer au fil des changements de personnel et des sources d’inspiration de son chef d’orchestre. Pop, rock, gospel, musique classique, électro et r’n’b… «Si je pouvais remonter le temps, j’aimerais jouer avec Louis Armstrong, Keith Moon des Who, T-Bone de TLC… et Chopin!» sourit Longstreth.

Curiosité indé à leurs débuts, les Dirty Projectors se font plein d’amis en 2009 avec l’album Bitte Orca. Ils tournent en première partie de leurs camarades de TV On The Radio et de Grizzly Bear, apparaissent dans les plus grands talk-shows américains et enregistrent quelques titres avec les rappeurs de The Roots et une certaine diva islandaise baptisée Björk.

Deux longues années au terme desquelles Longstreth s’isole, «à quatre heures au nord de New York, dans une grande maison construite par des trafiquants d’alcool à la fin du XVIIIe siècle».

Prolifique, le garçon écrit l’équivalent de 70 chansons de janvier à juin 2011, «soit six ou sept albums dans des genres différents. Je les ai laissé grandir, courir… et j’ai gardé les meilleures».

Le résultat, baptisé Swing Lo Magellan, est un kaléidoscope d’influences musicales, guidé par «l’envie d’être différent, mais surtout de parler des choses simples, précise le musicien. La peur, l’amour, la foi, le sentiment d’appartenance à une communauté.»

Signe distinctif? Des harmonies à deux, à trois ou à quatre voix. Masculines et féminines. Parfois étranges, mais toujours séduisantes. «Ce qui est fascinant avec la voix humaine, c’est sa polyvalence, s’enthousiasme le gourou des Dirty Projectors. Pas une n’est pareille, et les combinaisons sont infinies. Vous voulez essayer?»

Swing Lo Magellan
Présentement en magasin

Articles récents du même sujet