Culture

Laurent Paquin et ses invités: la mort leur va si bien

Photo: Yves Provencher/Métro

Laurent Paquin et ses invités se sont ri du trépas pendant 100 minutes au Gala d’la mort, lundi soir à la salle Wilfrid-Pelletier.

S’il y a un sujet qui touche tout le monde, sans exception, c’est bien celui-là. Et c’est sans doute pourquoi le public s’est esclaffé pendant la quasi-totalité de la soirée qu’animait lundi Laurent Paquin, à l’aise comme un poisson dans l’eau à la tête de son neuvième gala Juste pour rire : le Gala d’la mort. «Il y a deux ans, je parlais de la fin du monde; l’an dernier, c’était la dépression, et cette année, la mort, a lancé l’animateur d’entrée de jeu. Il n’y a pas quelqu’un qui va finir par capter mes appels à l’aide?»

L’humoriste a ensuite relevé les us et coutumes par rapport aux morts dans les autres pays («Il y a des tribus de pygmées où, quand les gens meurent, on enferme leur corps dans leur hutte et on n’en parle plus, comme s’ils n’avaient jamais existé… Ok, nous aussi on fait ça avec nos vieux, mais pendant qu’ils sont encore vivants!»)

Un numéro avant de passer le flambeau à ses invités : Pierre Prince, Stéphane Fallu, P-A Méthot, Dominic et Martin… Un cocktail de force pas toujours égale.

Parmi les humoristes ayant récolté la faveur du public, citons Emmanuel Bilodeau, à qui le discours angoissé par la mort («La mort, c’est une étape de la vie que j’aimerais bien sauter… comme Angelina Jolie, d’ailleurs…», a-t-il notamment lancé) a valu une ovation debout. Même chose du côté de François Bellefeuille, déguisé en prêtre s’apprêtant à célébrer des funérailles, qui en a profité pour déraper sur plusieurs sujets plus loufoques les uns que les autres, des numéros qu’on avait déjà entendus au spectacle de la coallition des humoristes engagés, notamment, mais qui n’ont pas manqué de nous faire rire quand même.

Fidèle à son habitude, Laurent Paquin a terminé sur un numéro à grand déploiement visuel, c’est-à-dire son propre enterrement, mis en scène par Serge Postigo et qui impliquait des danseurs déguisés en curés, des danseuses… et beaucoup de blagues sur le tour de taille de l’animateur. Une bonne façon de clore une soirée divertissante, mais qu’on aurait toutefois espérée un tout petit peu plus mordante, vu le sujet.

Ils ont dit…

Quelques répliques qui donnent le ton de la soirée :

  • «Laisse-moé rentrer, mon père est riche en tabarnak!» -Dominic de Dominic et Martin, s’adressant à Saint-Pierre, «bouncer» du paradis
  • «Je remplace Saint-Pierre, il est en burnout depuis qu’il a lu Le Code Da Vinci». -Daniel Lemire, dans la peau d’un préposé à la réception au paradis
  • «Alfred, Magnus, Urgel : c’est sûr que les grands entrepreneurs de pompes funèbres se sont fait écœurer avec leur nom au primaire et sont devenus embaumeurs pour se venger!» -Laurent Paquin

Le Gala d’la mort
À la salle Wilfrid-Pelletier
MArdi à 18 h 30 et à 21 h 30

Articles récents du même sujet