Culture

Les Parlementeries IV: Les grands joueurs de retour

Marc-André Lemieux, Métro

Yvon Deschamps, Daniel Lemire et Pierre Légaré revêtiront leurs habits de faux politiciens pour la quatrième édition des Parlementeries.

Après 11 ans d’absence, cette parodie baveuse de la vie parlementaire québécoise reprend l’affiche du 28 octobre au 2 novembre au Théâtre St-Denis.

Pour l’occasion, Pierre Légaré, l’idéateur du projet en 1995, agira à titre de Président de l’Assemblée nationale. Daniel Lemire, dont le personnage d’Yvon Travaillé occupait à l’époque le poste de chef de l’opposition officielle, endossera cette fois-ci le rôle de premier ministre. Il fera face à Yvon Deschamps, qui représentera l’ADQ, c’est-à-dire l’Action démagogique du Québec. Ce dernier sera épaulé par André Sauvé.

On ignore encore qui se retrouvera à la tête du BQ, le Blocage québécois. Il faudra attendre la fin août pour connaître le nom des humoristes qui composeront le reste de la distribution.

«On est en période de recrutement, indique Jean-Pierre Plante, qui assurera la mise en scène et la direction artistique de l’événement. On a contacté une quinzaine de personnes et, jusqu’à présent, les réponses sont pour la plupart positives.»

À l’origine, Guy A. Lepage, Jean-Michel Anctil et Lise Dion avaient notamment participé à la soirée.

Politicailleries

Né au milieu des années 1990 à l’initiative d’une cohorte d’humoristes pour financer les activités du Musée Juste pour rire, le concept des Parlementeries restera – à quelques exceptions près – le même. Les sujets débattus, eux, seront différents.

En 1995, à la veille du second référendum, les relations fédérales-provinciales monopolisaient les conversations, ce qui n’est plus vraiment le cas en 2008.

«Il n’y a pas de grands enjeux comme avant, avoue Yvon Deschamps. Ça va être moins facile, parce qu’il y a beaucoup moins de grandes idées. Aujourd’hui, les gouvernements essaient de ne pas faire de vagues.»

«On a l’impression qu’il ne se passe pas grand-chose, mais c’est faux, parce que même dans le temps du débat sur les relations entre le Canada et Québec, il y avait beaucoup de blabla, mais en fin de compte, il ne se passait pas grand-chose là non plus!»

Il faut donc s’attendre à ce que les comiques abordent la flambée des prix de l’essence, le scandale Julie Couillard-Maxime Bernier et les accommodements raisonnables.

En DVD

Pour le moment, ni TVA ni Radio-Canada n’ont démontré d’intérêt quant à une éventuelle télédiffusion de ces nouvelles Parlementeries. Les amateurs ne pouvant se procurer de billets pour l’une des cinq représentations prévues seront toutefois heureux d’apprendre qu’un DVD du spectacle sera commercialisé.

Articles récents du même sujet