Culture

Critiques CD de la semaine du 21 au 25 avril 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums d’Ariane Moffatt, Camille, Tapes ‘n Tapes, Éric Lapointe et Francis Cabrel.

 Y a d’la joie
 Ariane Moffatt
 Tous les sens (4/5)

 
Mieux vaut le dire tout de suite, Tous les sens est une réussite. L’album regorge de pièces lumineuses qui respirent la joie de vivre. «Ma vie est une série B mais ça m’va!» chante Ariane Moffatt sur la délicieuse Réverbère. Loin d’irriter, les élans de bonheur de l’artiste sont soutenus par une poésie intelligente et des mélodies résolument pop où les rythmes électroniques et les ambiances rétro font bon ménage. De la très sexy pièce-titre à la décoiffante Équilibre, en passant la dansante et fort originale Jeudi, 17 mai, Tous les sens est une bouffée d’air frais dans un paysage musical qui a tendance à se prendre un peu trop au sérieux.
– Marc-André Lemieux

 Audacieux
 Camille
 Music Hole (4/5)

On peut dire que Camille a du front tout le tour de la tête! Pour son troisième album, la chanteuse française arrive avec un CD qu’on pourrait qualifier d’expérimental… Elle joue avec les genres (pop, classique, world), avec sa voix à la fois pour la mélodie et l’accompagnement (ça va jusqu’à l’imitation de cris d’animaux), avec son corps (et celui de ses invités) pour les percussions et avec ses langues, puisque si les chansons sont surtout en anglais, le français s’y immisce très souvent. Fou, déroutant mais vraiment intéressant. Moments forts : Cats and Dogs, Money Note – qui se moque des chanteuses «à voix» – et Waves.
– Eric Aussant

 Surprise en moins
 Tapes ‘n Tapes
 Walk It Off (3,5/5)

 
Disons-le d’emblée, le deuxième effort de Tapes ‘n Tapes n’a pas la spontanéité de The Loon, paru en 2006, et ne surprend pas autant que ce dernier. Les influences rétro et la nervosité musicale sont moins présentes. Cela étant dit, le quatuor de Minneapolis offre toujours un indie-rock de grande qualité, et on ne s’ennuie pas à l’écoute de Walk It Off. Et c’est dans les moments les plus abrasifs que Tapes ‘n Tapes nous ravit. On aime le côté brouillon du groupe, mais on se désole que certaines pièces soient plus sages. À écouter : Hand Them All, le premier extrait, une vraie bombe.
 – Vincent Fortier

 Clean-up musical
 Éric Lapointe
 Ma peau (3/5)

 
Éric Lapointe a fait le ménage dans ses vieilles blessures, ses amours déchirés et ses amitiés brisées sur Ma peau. Si cet opus est celui de sa réconciliation avec Roger Tabra (Le cuir de ma vie, Les malheureux), c’est aussi celui de sa rupture avec son guitariste Stéphane Dufour et de son mariage raté qu’il exorcise dans plusieurs chansons, comme Le mari pop, dans laquelle il hurle «Marie-moé pas!» C’est ce qui fait de Ma peau un album rock lourd et cru, moins radiophonique que les précédents. Et comme tous les rockeurs ont un côté tendre, Lapointe a enregistré Avalanche, qu’il livre en duo avec Michel Rivard!
– Marie-Luce Pelletier-Legros

 Inégal
 Francis Cabrel
 Des roses et des orties (2,5/5)

 
Un an après un album compilation soulignant 30 ans de carrière, Francis Cabrel arrive avec un CD… de Francis Cabrel. À la première écoute, on se dit que depuis Samedi soir sur la Terre, Cabrel est sur le pilote automatique… Mais l’album gagne de l’intérêt au fil des écoutes. Des chansons se distinguent : African Tour pour sa mélodie, Des hommes pareils pour ses paroles. Puis, on réalise qu’il ne chante plus toujours la même chose. Il chante davantage le monde et moins l’amour. Même le milieu de la chanson y passe sur Des gens formidables. Bref, ce CD compte de beaux moments, mais il est vraiment inégal.
– Eric Aussant

Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet