Culture

Harold & Kumar Escape from Guantanamo Bay: attention yeux sensibles!

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

La célébrité de John Cho est née quand son personnage a popularisé l’expression MILF (Mother I’d like to F…), dans le film American Pie en 1999. Il fait maintenant partie d’un duo populaire qui, après avoir vécu plusieurs péripéties pour se rendre à un restaurant de hamburgers dans Harold & Kumar Go to White Castel, doit fuir la justice dans Harold & Kumar Escape from Gunatanamo Bay (Harold et Kumar s’échappe de Guantanamo).

Attention, yeux et oreilles sensibles : le deux­ième volet des aventures d’un Coréen et d’un Indien en Amérique est encore plus grossier, plus vulgaire, plus hilarant et plus enfumé de marijuana que le premier!

Quelques heures après avoir réussi à assouvir leur «trip de bouffe», Harold (John Cho) et Kumar (Kal Penn) se préparent à se rendre à Amsterdam pour y retrouver la fille pour qui Harold a le béguin, Maria. Leur voyage ne se passera cependant pas comme prévu. Kumar, qui ne peut pas attendre d’arriver à Amsterdam pour fumer un bon coup, se fera coincer dans les toilettes de l’avion avec une pipe aux allures de bombe. Les deux amis seront alors considérés comme des terroristes et seront amenés à la prison de Guan­tanamo. Ils réussiront à s’en échapper, et une chasse à l’homme loufoque se mettra alors en branle.

Le scénario de cette suite écrite par Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg est rempli de blagues sur la politique et les intolérances raciales,  des éléments que les fans avaient appréciés du premier film et qui ont été mis à l’avant-plan dans le deuxième volet. Certaines scènes sont même tirées de faits vécus.

«Pendant les tournées de presse pour le premier film, nous nous sommes pas mal promenés et, dans plusieurs aéroports, Kal s’est fait fouiller à cause de son teint basané, explique John Cho, rencontré à Toronto. Nous en avons parlé aux scénaristes, et ils ont mis ça dans le scénario.»

Scénaristes et réalisateurs
Si les scénaristes ont inclus des événements réels, plusieurs scènes sortent de leur imaginaire débridé, comme une réunion du Ku Klux Klan et la rencontre d’un enfant cyclope! Passés derrière la caméra pour ce film-ci, Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg ont pu contrôler tout l’univers des personnages qu’ils ont créés.

«Ils sont vraiment passionnés par les personnages, affirme l’acteur. Je n’aurais pas pu voir d’autres personnes diriger le film. Notre relation était différente de celle qu’on a habituellement sur les plateaux. D’habitude, on a l’impression qu’on assiste le réalisateur, mais dans ce cas, on se sentait comme des partenaires.»

En plus de se retrouver avec les scénaristes devenus réalisateurs, Cho et Kal ont une fois de plus joué avec Neil Patrick Harris (Docteur Doggie), qui tenait aussi son propre rôle dans le premier film.  Difficile de garder son sérieux sur un plateau rempli d’amis où les scènes tournées sont complètement loufoques?

«Nous avions un horaire serré, alors nous étions pas mal bons pour garder notre sérieux, soutient celui que l’on verra dans le prochain Star Trek. Mais il y a des journées où ç’a été plus difficile. Surtout celle où on a joué la scène de George Bush. L’acteur qui le jouait lui ressemblait beaucoup et il restait dans la peau de son personnage entre les prises!»

Les fans de Harold et Kumar en ont redemandé après les premières aventures de ces deux personnages attachants. Après une suite qui devrait connaître autant de succès, John Cho s’interroge pourtant sur la nécessité d’une trilogie.

«Je ne sais pas s’il y aura un troisième film. On est tellement allé loin avec celui-là, note-t-il. Il y a quand même un «bottomless» party (fête sans culotte) dans le film! Je ne sais pas ce qu’on pourrait faire de plus!»

Harold & Kumar Escape from Guantanamo Bay
En salle dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet