Culture

Du théâtre qui se marie à d'autres formes d'art

Pour sa 16e saison à la tête du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), Lorraine Pintal a choisi de poursuivre sur la lancée qu’elle a entamée depuis quelques années en intégrant plusieurs formes d’art aux spectacles du TNM.

«J’ai l’impression que le théâtre de demain va de plus en plus offrir une vision prismatique de ce qu’est l’art global», a déclaré hier la directrice du TNM. Dès l’ouverture de la saison 2008-2009, l’art du cirque sera amalgamé à celui du théâtre. Dans Nebbia, une pièce empreinte de poésie, le metteur en scène Daniele Finzi Pasca plongera le spectateur dans un monde merveilleux et imaginaire.

La manipulation, si c’est un art, sera ensuite incorporée au théâtre dans la saga familiale Le retour, écrite par le lauréat du prix Nobel de littérature 2005, Harold Pinter. «Pinter a toujours prétendu que les Américains ont ce don formidable de s’insinuer comme des guidounes dans nos vies et, une fois qu’on était séduits, ils prennent le pouvoir et font de nous ce qu’ils veulent», a rapporté Yves Desgagnés, qui signera la mise en scène de la pièce Le retour.

Dès le mois de janvier, Emmanuel Bilodeau interprétera Figaro dans le classique des classiques, Le mariage de Figaro. Le metteur en scène, Normand Chouinard, a confié que des extraits de l’opéra de Mozart qui porte pratiquement le même nom (Les Noces de Figaro) seront inclus dans la pièce qui annonçait à l’époque la Révolution française.

Pièces d’ici
Soixante ans après la publication du manifeste du Refus global, le TNM présentera La charge de l’orignal épormyable, une Å“uvre d’un des signataires, Claude Gauvreau. «Cette Å“uvre me trouble et me fait horriblement peur, a dit Lorraine Pintal, qui en assurera la mise en scène. Mais je me dis qu’après 16 ans au TNM il faut que je la fasse».

Robert Lepage fera à nouveau un arrêt au TNM en 2009. La pièce Le dragon bleu, conçue et jouée avec la collaboration de l’actrice Marie Michaud, y sera présentée. La danseuse chinoise Tai Wei Foo fera une incursion dans la pièce pour guider les deux personnages principaux, dont les quêtes sont inassouvies.

Enfin, avec la pièce La déraison de l’amour, qui se veut un clin d’Å“il au 400e anniversaire de Québec, les qualités littéraires qu’a démontrées Marie de l’Incarnation dans sa relation épistolaire avec son fils sont relatées. Seule Marie Tifo montera sur scène dans cette pièce qu’elle a écrite avec Jean-Daniel Lafond.

Articles récents du même sujet