Culture
22:59 4 septembre 2012

Six vérités sur les créateurs de Hip and Bone

Six vérités sur les créateurs de Hip and Bone
Photo: Denis Beaumont/Métro

Même s’il est cliché de le dire, Carlos Fogelman et Frank Mesh, amis de longue date et fondateurs de la jeune griffe Hip and Bone, sont tombés dedans quand ils étaient petits.

«C’est leur environnement familial, centré autour du vêtement et des textiles recyclés, qui leur a permis de poser les fondations de la marque», peut-on lire dans un communiqué de presse. En fait, en creusant un peu, on apprend que Carlos vient d’une famille productrice de textiles. «Cet univers coule dans nos veines», confirme le designer.

Pour sa collection printemps-été 2013, qui sera dévoilée demain soir, le duo est resté fidèle à sa philosophie : créer des vêtements intemporels à partir des matériaux les plus nobles sans se plier aux diktats des «tendances». Incursion dans l’univers de deux créateurs qui font tranquillement leur marque ici comme ailleurs.

Hip and Bone en quelques mots
Une marque montréalaise qui s’exprime en créant des vêtements de qualité fabriqués à partir de matières triées sur le volet – lin, cachemire, crocodile, coton pima ou cuir d’autruche, par exemple.

Inspirations
«Montréal et sa culture nous inspirent beaucoup, affirme Carlos. La diversité montréalaise agit certainement comme un catalyseur de notre créativité et du message que nous voulons véhiculer.» Pour la collection printemps-été 2013, Frank et Carlos ont voulu créer «quelque chose qui resterait significatif au-delà d’une seule saison».

Muses
«Mes ancêtres et tous ceux qui ont livré une bataille sans fin pour faire leur place dans la société», décrit Carlos. Les designers créent donc des vêtements résolument modernes tout en restant près de leurs racines.

Expansion
Les deux stylistes derrière Hip and Bone présentent leur nouvelle collection à la Semaine de mode de Montréal quelques jours à peine après être rentrés d’Europe. «L’Europe figure très certainement sur notre radar», fait valoir Carlos en parlant de leurs projets d’expansion. Pour le moment, outre plusieurs points de vente à Montréal et à Toronto, la griffe vise notamment les marchés de New York, de Melbourne (Australie), de Singapour et d’Antigua.

Montréal, ville de mode
«En participant à des salons commerciaux un peu partout dans le monde, nous avons réalisé à quel point le petit marché de Mont­réal était influent dans l’industrie de la mode, se réjouit Carlos. Quelques-unes des plus grandes marques que nous voyons à ces événements sont en fait des compagnies d’ici. Nous croyons vraiment que la mode montréalaise se situe au même niveau que ce qui se fait dans certaines autres villes clés de l’industrie.»

Internet
Pour le duo de créateurs, les boutiques en ligne sont aujourd’hui incontournables non seulement du point de vue du consommateur, mais également du côté des designers. «Ça permet à la marque de recevoir des commentaires directement», estime Carlos. La boutique en ligne Hip and Bone est actuellement en reconstruction, histoire d’offrir «une expérience plus dynamique».