Culture

40 ans d'Yves Saint Laurent

En 40 ans de carrière, le designer Yves Saint Laurent a marqué non seulement la mode, mais aussi, à certains égards, la société. Le Musée des beaux-arts (MBA) a choisi de souligner l’Å“uvre du créateur en lui consacrant, depuis hier et jusqu’au 28 septembre, une rétrospective, la première consacrée aux 40 ans de la Maison de haute couture Yves Saint Laurent.

Il aura fallu près de 18 mois au MBA pour accoucher de l’exposition Yves Saint Laurent, qui regroupe 148 des créations du de­signer né en Algérie en 1936.

«Quarante ans de mode, c’est énorme, a rappelé Florence Müller, commissaire générale de l’exposition et historienne de la mode. Yves Saint Laurent n’a pas eu un impact uniquement sur le monde des arts, mais aussi sur notre quotidien et sur la façon dont les femmes s’habillent tous les jours pour être belles.»

Yves Saint Laurent, en plus de permettre aux femmes – dont Catherine Deneuve, une fidèle du designer – d’être belles, leur a donné l’occasion de s’affranchir du contrôle des hommes. En offrant aux fem­mes des tailleurs-pantalons, des blazers et des smokings, le créateur leur a permis de s’affirmer.

«Si Coco Chanel a libéré la femme, Saint Laurent lui a donné le pouvoir», a indiqué Pierre Bergé, collaborateur de longue date du designer.

Tour d’horizon
Yves Saint Laurent a quitté le monde de la mode en janvier 2002, 40 ans après ses débuts auprès de Christian Dior.

Son indéfectible compagnon, Pierre Bergé, a alors eu l’idée de mettre sur pied la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, qui est aujourd’hui responsable de la conservation de 5 000 vêtements signés Saint Laurent et de quelque 150 000 accessoires et dessins.

«Tous les vêtements qui sont présentés ici [à Montréal] ont été dessinés, fabriqués, vus et approuvés par Yves Saint Laurent, a précisé M. Berger. Ils sont exposés tels qu’ils ont été vus sur les mannequins lorsqu’ils ont été présentés pour la première fois aux acheteurs et aux médias. Nous avons essayé de conserver le parfum de vérité, et c’est ce que nous avons apporté.»

L’expo est divisée en quatre thèmes. D’abord, «La pointe du crayon» permet de prendre connaissance des idées et des croquis du designer. La section «La révolution Yves Saint Laurent» met en vedette des tenues au masculin-féminin qui rencontrent des toilettes séduisantes. Le MBA s’attarde ensuite à la palette d’Yves Saint Laurent ou à la manière dont le designer a renversé les règles d’harmonie des couleurs. L’expo se termine sur les sources lyriques – influences historiques, littéraires et artistiques – du designer.

«Nous avons voulu montrer plusieurs aspects [de la carrière d’Yves Saint Laurent], a souligné Florence Müller. Mais il en manque encore parce que 40 ans de mode, c’est énorme!»

Musée des beaux-arts
Jusqu’au 28 septembre

Articles récents du même sujet