Soutenez

Death Cab for Cutie: viser toujours plus haut

Après 5 albums très bien reçus et plus de 10 ans de carrière, le groupe Death Cab for Cutie pourrait bien s’asseoir sur ses lauriers et regarder passer le succès. Mais après une entrevue avec Jason McGerr, le batteur du groupe, on se rend vite compte que c’est la voie de la constante amélioration que cherche à prendre le quatuor.

«En tant que band, après toutes les tournées, les disques et les vidéos qu’on a faits, j’ose espérer qu’on a atteint un stade plus élevé qu’au début, explique Jason McGerr quand on lui parle de Narrow Stairs, le dernier album du groupe, en magasin depuis le 13 mai. Je ne dis pas que notre dernier disque est parfait, je dis seulement que chaque fois qu’on enregistre, on essaie de nouvelles choses, toujours dans l’espoir de s’améliorer.»

Formé en 1997 par Ben Gibbard, le chanteur du groupe, Death Cab for Cutie tire son nom d’une chanson satirique des Bonzo Dog Doo-Dah Band, un groupe londonien des années 1960. Au fil des années, Gibbard s’est entouré du batteur Jason McGerr, du guitariste et claviériste Chris Walla et du bassiste Nick Harmer.  Depuis, le groupe a sorti plusieurs albums, a remporté un vif succès autant dans le milieu alternatif que dans les radios commerciales et a reçu une nomination aux Grammy Awards pour Plans, son album précédent, sorti en 2005.

De son côté, le petit dernier, Narrow Stairs, propose 11 titres qui forment, selon McGerr, un album plus cohérent que le précédent.

«Ben est toujours l’architecte des chansons, explique-t-il, mais cette fois, le groupe en entier s’est davantage impliqué que pour les autres albums, ce qui donne à mon avis un résultat plus homogène.»

La différence de Montréal
Entre des spectacles aux États-Unis, en Allemagne et au Japon, Death Cab for Cutie sera de passage à Montréal le 6 juin, presque deux ans après sa dernière visite. Et, bonne nouvelle pour les fans du groupe, le batteur parle déjà d’une prochaine visite.

«Si ce n’est pas cette année, j’espère que nous ferons au début de l’année prochaine une tournée complète du Canada. Il y a beaucoup de villes que nous n’avons jamais pu faire et d’autres dans lesquelles nous aimerions nous attarder davantage.»

Parmi toutes les métropoles visitées McGerr voit en Montréal une ville différente.

«Montréal a une scène musicale extrêmement dynamique, croit-il. Les gens connaissent davantage la musique que dans d’autres villes, ce qui les rend, dans le bon sens du terme, plus critiques. Quand nous venons à Montréal, nous nous sentons forcés de donner notre maximum parce qu’il y a beaucoup de bons musiciens dans la ville!»

Buffet informatique
Dans un univers musical qui s’affiche de plus en plus sur le Web, McGerr avoue que le groupe trouve son compte.

«Je pense que le Web est une bonne chose parce que ça aide les groupes à se faire connaître. Chaque jour, les gens cherchent à découvrir de nouveaux groupes sur l’internet; c’est un peu comme s’ils se trouvaient devant un buffet musical! C’est aussi pour ça que nous travaillons à toujours nous améliorer : pour trouver la saveur qui fait que les gens nous choisissent!»

Au Quai Jacques-Cartier le 6 juin

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.