Culture

Atom Egoyan entre dans l'ère numérique

Jérôme Vermelin, Métro France

La couverture complète du Festival de Cannes: www.journalmetro.com/cannes 

Le cinéaste canadien Atom Egoyan a présenté hier à Cannes son plus récent long métrage, intitulé Adoration. Egoyan, qui a déjà été récompensé quatre fois à Cannes et qui est en compétition encore cette année, a proposé un film sombre dans lequel la technologie tient un rôle important.

Votre nouveau film est à la fois une satire de l’ère numérique et une histoire de secrets de famille. Laquelle a précédé l’autre au départ?

Le secret de famille. Je parle d’un orphelin, qui veut savoir qui étaient ses parents. Leur histoire ayant été cachée, il la crée lui-même. J’ai ensuite réfléchi à la technologie, et à toutes ces façons nouvelles de créer des alternatives à la réalité. Je me suis inspiré de Skype, de Facebook, mais dans une version un peu futuriste avec tous ces écrans simultanés.

Vous êtes devenu accro?

J’ai passé du temps dans les forums de discussion à observer cette façon qu’ont les gens d’engager de grands débats, sans jamais apporter de réponse définitive. Comme une démocratie dans laquelle chacun exprime son opinion.

Les nouvelles technologies compliquent-elles notre vie?
Le problème fondamental, c’est que nous recevons beaucoup trop d’informations à la fois pour pouvoir toutes les digérer. Si bien qu’il est difficile d’approfondir, une information, un événement, et même une rencontre sur internet. Regardez tous les amis qu’on peut se faire sur Facebook. On y devient cette créature suprêmement sociale.

Articles récents du même sujet