Culture

Penélope Cruz: «Si je devais ressembler à mes personnages, je deviendrais dingue»

Jennifer Lesieur, Métro France

Penélope Cruz s’éclate en ex-épouse hystérique dans son premier Woody Allen, Vicky Cristina Barcelona.

Comment s’est passée votre rencontre avec Woody Allen ?
Mon agent m’avait dit qu’il avait écrit le scénario pour moi, mais je n’ai jamais osé lui demander si c’était vrai – et s’il avait répondu non ? (Rires.) La première fois que je l’ai rencontré à New York, ça a duré trois minutes… Il était charmant. Il avait vu Volver et m’avait parlé de ce scénario. Quand il m’a rappelée, le mois suivant, j’étais à Paris, et j’ai téléphoné à tout le monde pendant la nuit pour le raconter ! Notre rencontre suivante s’est faite devant la caméra.

Que représente-t-il pour vous, et comment vous a-t-il dirigée ?
Il arrive à traiter des idées profondes comme elles ne l’avaient jamais été auparavant. L’humour, l’ironie, cette liberté d’aller où il veut… Avec mes amis, on parlait de ses films pendant des heures, surtout Deconstructing Harry. Travailler avec lui était mieux qu’en rêve. On m’avait raconté qu’il ne faisait jamais que deux prises… Il est rapide, c’est vrai, mais quand je demandais un peu plus de temps, il étais très patient avec moi.

Que partagez-vous avec votre personnage ?
Je me mets rarement en colère, et là, je peux me mettre dans le même état qu’elle ! Elle est tout le temps sous tension, pas moi. Je demandais à Woody si je criais trop. Quand j’ai vu le film, j’ai été contente qu’il me pousse à en faire plus, car l’humour doit venir du chaos. Sinon, je ne dis jamais ce que je pense de la façon dont agit mon personnage, car je ne me pose jamais cette question. Je me demande seulement si je comprends pourquoi Maria Elena trouve la paix dans une situation si étrange. Si je devais ressembler à mes personnages, je deviendrais dingue…

Votre prochain film ?
Je commence le prochain film de Pedro Almodovar, The Broken Embraces. Le tournage a lieu à Madrid et à Lanzarote. C’est l’histoire d’une femme qui rêve d’être actrice mais qui le garde d’abord pour elle : il y aura un film dans le film. J’espère le présenter à Cannes l’an prochain, et que Pedro aura enfin la Palme, il le mérite tellement.

Critique express:

  • Titre: Vicky Cristina Barcelona
  • Réalisateur: Woody Allen
  • Casting: Javier Bardem, Rebecca Hall, Penélope Cruz, Scarlett Johansson
  • Évaluation : 3/5
  • Pauvre Juan Antonio Gonzalo ! Å’il de
    velours, barbe de trois jours, ce peintre espagnol béni des dieux
    virevolte entre deux touristes américaines venues passer l’été à
    Barcelone, la prude Vicky (Patricia Clarkson) et la libérée Cristina
    (Scarlett Johansson). Mais l’ombre menaçante de son ex-femme, Maria
    Elena, plane toujours, et quand elle débarque en personne avec fracas,
    il faudra faire avec elle !

    Très attendu sur la Croisette, le
    dernier Woody Allen retrouve la sensualité et les tourments amoureux de
    Match Point, une touche comique en plus. Le vin coule à flot et les
    plans à trois se forment dans les chaudes nuits d’Espagne, bien que le
    fameux baiser entre Scarlett et Penélope qui a fait jaser le net
    paraisse bien forcé ! La brillante tête d’affiche ne doit pas faire
    oublier Rebecca Hall, impeccable en BCBG new-yorkaise qui aurait tant
    aimé se dévergonder avec un Javier Bardem plus sexy que jamais.

    Dommage que l’on aperçoive à peine
    Barcelone : la majorité de scènes d’intérieur auraient pu être tournées
    n’importe où. Vicky Cristian Barcelona aura jeté un peu de soleil sur
    la Croisette toujours pluvieuse, même sans Scarlett Johansson : ses
    exigences dépassaient le budget de la Région.

Articles récents du même sujet