Culture

Critiques CD de la semaine du 28 avril au 2 mai 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Portishead, Tokyo Police Club, d’Ashlee Simpson, d’Andrée Watters et Leona Lewis.

 Un grand retour
 Portishead
 Third (4/5)

 
Il était attendu, celui-là! Plus de 10 ans après son dernier album studio, Portishead revient avec Third. La voix de Beth Gibbons n’a pas changé, et c’est tant mieux. Mais cette voix n’est plus le seul instrument du groupe. Ce n’est donc pas une copie-carbone de Dummy ou de Portishead. Le trio anglais se permet des rythmes parfois dansants, parfois folk, parfois «écorchants», mais jamais dérangeants. Les trois premières pièces font un pont parfait entre hier et aujourd’hui. Puis, au milieu de The Rip, le quatrième titre, l’univers prend un heureux envol. Un vol en turbulence, qui donne tout sauf la nausée.  
– Vincent Fortier

 Bonne première
 Tokyo Police Club
 Elephant Shell (3/5)

Le groupe torontois Tokyo Police Club lance son premier album Elephant Shell. La formation déverse ses 11 chansons à un rythme effrené, l’album ne durant qu’environ 30 minutes. Les titres pop-rock bien ficelés s’enchaînent les uns après les autres. Les rythmes sont simples, mais efficaces. Les gars de Tokyo Police Club n’ont pas besoin d’envolées vocales ni de grands solos de guitare pour passer leur message. Le fait que l’album et les pièces soient de courte durée peut même jouer en faveur des Torontois, car à la longue, les titres finissent par un peu tous se
ressembler. Un excellent premier essai.    
-Mathieu Horth Gagné

 Quelle surprise
 Ashlee Simpson
 Bitersweet World (3/5)

 
Le nouveau disque d’Ashlee Simpson est tout à fait étonnant. Si son nom n’était pas écrit sur la pochette, on pourrait croire que Bittersweet World est le premier disque d’une nouvelle artiste prometteuse, héritière de Gwen Stefani. Très années 1980, très girly et parfois kitch, ce nouvel essai est raffraîchissant. Mais ne pensez pas que la sÅ“ur de l’autre a pris ce nouveau virage sans aide. Un certain Timbaland est derrière la plupart des chansons accrocheuses de l’album (Outta My Head (Ay Ya Ya), Rule Breaker, Ragdoll). Cependant quelques titres font encore très Ashlee Simpson, dommage…    
 – Geneviève Vézina-Montplaisir

 Triste nuit
 Andrée Watters
 Minuit (2,5/5)

Andrée Watters a confié s’être beaucoup cherché pendant le processus de création de son dernier album, Minuit, son troisième en cinq ans, et ça s’entend. La jeune rockeuse de 25 ans semble avoir perdu de sa fougue et de son mordant dans ses grands questionnements existentiels, qu’elle transpose sur plusieurs pièces de l’album  (Dites-moi, J’ai voulu)… Ou peut-être est-ce à cause des mélodies plus «adultes» que lui a pondues Sylvain Cossette? Toujours est-il qu’Andrée Watters risque de décevoir «son» public, celui qu’elle a séduit avec Si exceptionnel en 2003 et qui la suit depuis.     
– Marie-Luce Pelletier-Legros

 Fade
 Leona Lewis
 Spirit (2,5/5)

 
On doit toujours se méfier quand la gagnante d’une téléréalité comme X-Factor, le pendant britannique d’American Idol, sort son premier album. On est rarement surpris et, avec Leona Lewis, on ne l’est pas du tout. L’Anglaise a une belle voix, on la compare déjà à Mariah Carey. À vous de décider si c’est un compliment ou non! Elle a déjà vendu des centaines de milliers de copies de Spirit, et pourtant, ses ballades sont fades. Sa pop bonbon n’a pas de rythmes accrocheurs, excepté peut-être le premier extrait radio, Bleeding Love. Ça sent le réchauffé à plein nez, mais il faut croire que certains préfèrent ça à la fraîcheur.    
 – Geneviève Vézina-Montplaisir

Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet