Culture

Dans la peau d'un superhéros

Talia Soghomonian, Metro France

«Qu’est-ce que ces trucs de Spider-Man font ici?» Robert Downey Jr. semble surpris de trouver des souvenirs de l’homme-araignée à côté des produits dérivés d’Iron Man. L’acteur autrefois torturé porte aujourd’hui l’armure d’Iron Man, connu à la ville sous le nom de Tony Stark.

C’était comment de jouer un superhéros?
Après avoir décroché le rôle, j’ai commencé à lire des trucs pour comprendre la genèse d’Iron Man. Il a beaucoup évolué en 40 ans et il a traversé pas mal de choses. Je me suis dit :«Yé! Ce personnage a tellement d’histoire!»

Vous le connaissiez déjà? Parce qu’il n’est pas aussi populaire que les autres superhéros…
Bien sûr! J’aime bien le fait qu’il ne soit pas mis en avant autant que les autres. On peut le ranimer et le faire redécouvrir aux gens.

Qu’avez-vous apporté à ce rôle?
Le narcissisme de mon passé et la rédemption que j’ai connue. J’avais 41 ans quand on a commencé à filmer. J’ai eu 42 ans pendant le tournage, et là, j’ai 43 ans. J’ai atteint une certaine maturité parce que j’ai déjà commis mes erreurs de jeunesse. Je peux apporter tout ça au personnage au lieu de jouer quelqu’un qui
traverse des choses que je ne connais pas.

J’aime bien votre armure. On dirait une voiture de sport!
[Rires] Oui, ça en met plein la vue! C’était inspiré de la voiture de sport rouge de Jon Favreau!

Ce film m’a rappelé Lord of War…
Ça se pourrait. J’espère que c’est plus divertissant que politique, mais je suis content que vous disiez ça. J’ai beaucoup pensé à ce film. Vous êtes la première à m’en avoir parlé!

Y aura-t-il une suite ?
J’ai déjà signé pour en faire d’autres, mais il faut attendre de voir si ça marche.

Articles récents du même sujet