Culture

Claude Bégin: Composer en toute liberté

Claude Bégin: Composer en toute liberté
Photo by: Mario Beauregard

Le multi-instrumentiste Claude Bégin poursuit sa carrière solo avec la sortie de Bleu nuit. En compagnie de quelques complices, il s’est donné carte blanche pour réaliser tous les arrangements et les paroles de ce deuxième opus éclectique.

Claude Bégin est surtout connu du public québécois pour sa participation aux formations Alaclair Ensemble, Accrophone et Movézerbe. En 2015, il se lance pour la première fois dans la composition solo en proposant Les magiciens. «Je n’étais même pas sûr qu’on en ferait un autre», se souvient-il.

Trois ans et un beau succès radio plus tard, Claude Bégin a ressenti le besoin de retenter l’expérience. «Il faut surfer sur la vague, même si c’est plus difficile à cause des attentes vis-à-vis de soi-même et du public.»

L’auteur-compositeur-interprète s’est permis d’explorer encore plus de genres au-delà des saveurs pop de sa première offrande. «C’est sûr que j’ai mis la barre plus haut», reconnaît celui qui est aussi acteur à ses heures. Au cocktail de genres qu’on retrouvait déjà dans Les magiciens s’ajoutent dans Bleu nuit les notes suaves du soul et des couplets de rap.

«Mon studio, c’est mon sac à dos. J’aime créer avec les autres, à la maison, garde-robe style.» Claude Bégin

Ce style a d’ailleurs nourri les couleurs de cet album avec différents collaborateurs. «J’ai laissé à chacun la possibilité de faire vibrer son talent de manière spontanée.» On croise notamment les voix de Marie-Mai et de Laurence Nerbonne, qui ont aussi prêté leur plume à l’album.

Quant aux chansons où son amoureuse Clodelle et sa mère Sylvie Morin l’accompagnent, elles se sont naturellement profilées, à l’improviste, dans l’intimité partagée avec le chanteur.

Avec son ami de longue date, le rappeur Eman, ce fut aussi l’occasion de revisiter les années d’Accrophone, alors que le groupe est demeuré silencieux durant les dernières années.

Collaboration
«J’ai toujours basé ma musique sur l’exploration», dit celui qui compose pour de nombreux artistes de son studio 1035 à Québec.

«J’ai tellement expérimenté avec différents styles de musique que ça se reflète dans mes projets en solo.»

Cette pléthore de sonorités différentes ne compromet pas le fil conducteur de Bleu Nuit, selon lui.

«Même si c’est complètement diffèrent d’une chanson à l’autre, j’ai toujours l’impression de préserver ma propre facture sonore, d’avoir un style de composition bien à moi.»

On le reconnaît d’ailleurs dans ses arrangements pour d’autres, comme son compagnon de scène Karim Ouellet ou encore Boogat, Marième et Maybe Watson.

Au mélomane qui tombe pour la première fois sur ses disques, Claude Bégin recommande de garder en tête que le goût pour ses compositions se développe.

«À la première écoute, les arrangements sont tellement denses qu’on a besoin d’écouter l’album deux ou trois fois pour vraiment apprécier toutes les nuances.»

Pour la suite, Claude Bégin dit absolument vouloir continuer à produire des projets en solo.

«Je me suis trouvé là-dedans. C’est sûr que je veux faire ça pendant toute ma vie. Si j’avais un seul projet à conserver parmi tous ceux sur lesquels je travaille présentement, ce serait celui-là», dit-il sans hésiter, car Bleu nuit articule le désir du jeune musicien d’être «le plus vrai et naturel possible».

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *