Culture

L'art de se mettre dans le pétrin

geneviève vézina-montplaisir, métro

Certains acteurs naviguent toujours dans leur zone de confort. D’autres organisent des soirées exprès pour ne pas y être confinés. Ils se font appeler Les Improductifs et n’ont pas peur de se mettre dans le pétrin.

Simon Boudreault, Éric Desranleau, Daniel Malen­fant, Laurent Paquin et Nicolas Pinson se réunissent tous les premiers mardis du mois au Cabaret Juste pour rire, depuis plus de deux ans, pour une soirée d’improvisation extrême. Histoire de pousser plus loin leur masochisme, ils se produisent cette année au Festival Juste pour rire.

«Le concept est simple, explique Nicolas Pinson. C’est de l’improvisation avec quatre comédiens, un musicien et un animateur qui demande des thèmes au public. Les comédiens doivent improviser sur différents jeux avec les thèmes donnés, sans temps de réflexion.»

Contrairement à la Ligue nationale d’improvisation, il n’y a pas deux équipes et pas de caucus. Et surtout, quand un comédien est choisi pour s’exécuter, pas question pour lui de refuser!

«On n’a jamais le droit de dire non, souligne le comédien. C’est très impressionnant comme concept parce qu’il y a le musicien qui improvise avec les comédiens. C’est surprenant de voir chaque fois comment les comédiens sont capables de livrer l’improvisation!»

L’apport du public

Le public reste l’élément de motivation majeur pour ces improvisateurs téméraires, qui ont en banque 60 jeux auxquels les spectateurs ajoutent leur grain de sel en mettant les gars au défi spectacle après spectacle.

«Le public, c’est 50 % du spectacle, affirme Nicolas Pinson. Des fois, il faut improviser une chanson avec des mots du public, d’autres fois, il faut improviser un témoignage d’une agence de rencontre avec une marionnette choisie par le public.  Ils sont fous!»

Aux Improductifs réguliers s’ajouteront, le temps d’une soirée, des Improductifs occasionnels : Stéphane Fallu, René Rousseau, Simon Rousseau et Sophie Caron.

Les Improductifs
Au Studio Juste pour rire
Jusqu’au 19 juillet à 21 h

Articles récents du même sujet