Culture

Charlypop: Hip-hop humoristique

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Si le hip-hop et l’humour n’ont pas grand-chose en commun au premier abord, le maître bruiteur Charlypop propose de démontrer tout le contraire. Dans son Show urbain, celui qui réussit à créer toutes sortes de sons et de rythmes avec sa bouche, rassemble ses deux univers pour n’en faire qu’un.

L’animateur adepte du beat box invite donc les Mont­réalais à une soirée où la formule «Block Party», popularisée par l’Américain Dave Cha­pelle, sera à l’honneur. Issues de la communauté noire, ces soirées proposent un savant mélange de performances, musiques, gags et danses.  

«Il y a beaucoup d’humoristes de ma génération qui ont écouté du hip-hop, affirme Charlypop. Ils ont été influencés par son côté revendicateur, festif et créatif.»

Pour agrémenter les numéros humoristiques du maître de cérémonie et de ses comparses Guillaume Wagner, Simon Cohen et Eddy King, des artistes de la scène hip-hop québécoise se produiront chaque soir au Studio Juste pour rire.

«Il y a la formation CEA, de Québec, qui est festive pas à peu près, décrit-il. Il y a VAÏ, anciennement du groupe LMDS, un très gros nom qui sort son album en France, Bad New Brown, un joueur d’harmonica hip-hop, SP, anciennement de Sans Pression qui fait maintenant carrière solo et Imposs de Muzion.»

Accompagné des jeunes humoristes de la relève, pour la plupart d’anciens rappeurs, le jeune homme de 24 ans espère présenter un spectacle différent et faire découvrir un mouvement souvent mal jugé.

«Je crois que notre show va même rendre accessible le hip-hop à ceux qui ne connaissent pas trop ça, pense-t-il. Le rap, c’est pas juste une affaire de casquettes croches et des pantalons larges. Il y a une communauté derrière ça avec des textes, des idées de fond, des valeurs, un style musical et une énergie de groupe. Le Show urbain va vraiment être un show de groupe.»

Effectivement, outre les musiciens et les comiques, DJ Godfather D mettra de l’ambiance à ce spectacle qui prend son envol tard en soirée. Le danseur Monster Pop, qui avait accompagné Charly­pop au gala d’Arturo Brachetti l’an dernier, sera aussi de la partie.
 
Un été chargé

De retour du Festival Juste pour rire de Nantes où il a accompagné Christopher Wil­liams dans son spectacle L’expérience, Charlypop, dont la carrière est en plein essor, est plus confiant que jamais.

«Je sors de là grandi, avec une expérience de plus, dit-il. J’ai plus d’assurance et les gens me font plus confiance dans l’industrie.»

Devenu un habitué de Juste pour rire depuis quelques années – et celle-ci ne fait pas exception -, Charlypop construit sa carrière autant dans la langue de Shake-speare que dans celle de Molière. Nommé au Gala les Olivier 2008 dans la catégorie Découverte de l’année, celui qui a prouvé qu’il n’était pas qu’un phénomène a bien hâte d’amener les gens ailleurs pour leur présenter un autre côté de lui.  

«Je suis encore jeune, j’ai des croûtes à manger, mais je m’amuse dans ce que je fais, assure-t-il. Je travaille mon matériel, j’essaie du nouveau stock. J’ai encore plein de trucs à présenter.»

Le show urbain
Au studio Juste pour rire
Jusqu’au 18 juillet à 22 h 30 

Articles récents du même sujet