Culture

Guy Nantel: tout sauf raisonnable

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Guy Nantel n’a pas la langue dans sa poche, et choque parfois pour faire rire. Celui qui présente son premier gala au Festival Juste pour rire fera des accommodements raisonnables le sujet de prédilection d’une soirée où il veut faire réfléchir, mais aussi divertir.  

Comment avez-vous préparé votre premier gala?
J’y pense jour et nuit! C’est une chose que j’attendais depuis tellement longtemps! J’ai préparé deux textes personnels. Dans le premier, je parle des accommodements, et dans l’autre, des Québécois de souche. Dans les deux cas, je suis content de dire ce que je dis. J’ai du fun à le préparer et j’ai une vision de ce que je veux. C’est comme quand tu fais une recette et que, rien qu’en goûtant aux ingrédients, tu te dis : «Ça va être délicieux.» On ne sait pas encore comment ça va sortir une fois cuit, mais on pense que ça va être bon.

Un gala sur les accommo­dements raisonnables, ça va ressembler à quoi?
Quand on dit qu’on fait le gala raisonnable, les gens peuvent avoir des appréhensions et se dire qu’on va parler contre les autres. C’est vrai, mais je vais parler aussi contre nous autres. C’est ça, l’humour. Il faut arrêter de protéger les gens à outrance et de dire : «Ceux-là, il ne faut pas rire d’eux.» Les personnes handicapées, c’est la même chose. Dans mon show, il y avait un numéro où je les brassais vraiment, et ce sont eux qui le trouvaient le plus drôle.

Vous ne trouvez  pas que tout a été dit sur les accommodements raisonnables?
Non, je crois que ça va rester et que c’est juste le début. Parce qu’à la sortie du rapport Bouchard-Taylor, la conclusion a été de s’arranger au cas par cas. Je ne sais pas pourquoi il y a eu une commission si le résultat, c’est de se faire dire qu’il n’y a pas de problèmes.

Gala de Guy Nantel
Au Théâtre St-Denis
Dimanche à 19 h 30

Articles récents du même sujet