Culture

Cherry Blossoms au FFM: L'amour après la mort

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Trudi est une femme d’âge mûr qui vit avec son mari dans un petit village allemand. Son univers bascule le jour où elle apprend que son époux, Rudi, est atteint d’une maladie incurable. Incapable de lui avouer la vérité, elle lui propose d’aller visiter leurs enfants à Berlin. Déçu de l’accueil froid qui leur est réservé, le couple décide de poursuivre leur voyage au bord de la mer Baltique. Un événement tragique va alors obliger Rudi a avoir un nouveau regard sur l’amour qu’il porte à sa femme, et ce dernier partira seul au Japon.

Avec cette prémisse, la réalisatrice Doris Dörrie pose un regard cinématographique sur l’amour, la mort et le caractère éphémère de l’existence humaine. Mettant en vedette Elmar Wepper (Rudi) et Hannelore Elsner (Trudi), Cherry Blossoms transporte le spectateur de Berlin à Tokyo dans une histoire d’amour singulière.

Pour tenir le rôle de Trudi, Doris Dörrie a fait appel à l’actrice allemande Hannelore Elsner. Cette dernière est tout de suite tombée sous le charme de Cherry Blossoms.   

«J’ai trouvé que c’était un scénario merveilleux, dit l’actrice de passage à Montréal, où le film était présenté hier dans le cadre du Festival des films du monde. J’ai été touchée par l’histoire. Ma première pensée a été : « Pourquoi je ne suis pas un homme; je veux jouer le rôle de Rudi! » Son rôle est quelque chose.»

Pour être en phase avec le caractère intimiste de son long métrage, Doris Dörrie n’a pas voulu s’encombrer d’une grosse équipe.

Seulement 12 personnes l’ont assistée.

«L’équipe de tournage était comme une grande famille, décrit Hannelore Elsner. Nous n’avions pas de maquillage, donc nous n’avions pas besoin de maquilleurs. Il n’y avait pas de coiffeurs non plus, alors c’est Doris qui m’a teint les cheveux en gris!»

À Tokyo

Après avoir tourné une partie du film en Allemagne, l’équipe de Cherry Blossoms s’est ensuite envolée vers le Japon. La cinéaste y avait déjà tourné deux longs métrages. Fascinée par la culture de ce pays, elle a fait de Trudi une danseuse de bûto, une danse japonaise peu connue du grand public, qui mélange expressions corporelles et théâtre.

Dans le film, le personnage interprété par Hannelore Eslner est brimé dans son amour pour cet art par son mari, qui ne comprend pas la beauté de cette danse. Pour son rôle, l’actrice allemande a d’ailleurs dû apprivoiser cet art du mouvement.  

«J’ai pris quelques cours, mais c’est une danse tellement lente et simple que j’ai senti très vite que j’étais capable de la danser, dit-elle. C’est une danse magnifique qui évoque les thèmes de la naissance, de l’éphémère et de la mort.»

La mort est d’ailleurs un des sujets du film. Elle fait jaillir un amour longuement banalisé par le personnage de Rudi.

«Quand une personne meurt, tout le monde se dit : « J’aurais dû être plus gentil avec elle, parler plus avec elle, lui dire comment je l’aimais », explique Hanne­lore Elsner. Cherry Blosoms est un film très profond sur l’amour et la mort, où l’amour se découvre là où on ne l’attendait pas.»

Articles récents du même sujet