Culture

The House Bunny: Cloche et idiote

Daniel Holloway, Métro New York

Dans le genre comédie sexiste dont l’action se passe sur un campus d’université, The House Bunny (La bunny du campus), n’est pas trop mal. Bien entendu, c’est un autre film de Hollywood mettant en vedette blondes et footballeurs, mais en somme, c’est assez amusant.

Le film raconte l’histoire d’une bunny de 27 ans, mise à la porte du manoir Playboy à cause des manigances d’une rivale, qui se retrouve déboussolée. Elle trouve donc abri au sein d’une confrérie universitaire habitée par sept étudiantes, qui la prennent très vite pour modèle.

L’art d’être blonde
Anna Faris, peut-être la plus blonde des blondes, joue le rôle de Shelley, la fameuse bunny. Faris élève l’art de la blonde idiote à un niveau jamais vu jusqu’à maintenant. Sa confusion est d’une complexité impossible. C’est comme si Faris n’était pas seulement qu’une actrice, mais aussi un trou noir qui aurait avalé toute l’évolution des  femmes des 100 dernières années.

Dans certaines situations, The House Bunny est tellement ridicule, que vous ne pourrez vous empêcher de rire. Vous rirez, que vous aimiez ou non.

The House Bunny
En salle dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet