Culture

Le retour des Jedi

Daniel Holloway, Métro New York

George Lucas semble avoir bien de la difficulté à s’éloigner de ces anciens amours. On ne serait d’ailleurs pas surpris qu’il nous arrive avec THX 1138, Episode II ou American Graffiti and the Kingdom of the Crystal Skull…

C’est dans cet esprit qu’il revient à Star Wars, cet incontrôlable dragon cracheur d’argent que les fans voient comme un gourou, de la même façon que les démocrates regardent Bill Clinton.

À mi-chemin entre L’Attaque des clones et La revanche des Sith, La Guerre des clones n’est pas un épisode de Star Wars typique. Le film débute par une voix hors champ plutôt que par l’ouverture habituelle avec un lent texte qui défile. Puis, on entend une variation de la trame sonore de John Williams. Mais la grosse différence, c’est que Lucas a choisi d’éliminer les acteurs, en confiant la réalisation à Dave Filoni et son équipe d’animateurs. Une des rares bonnes décisions que Lucas a prises dernièrement (dans une galaxie avancée et très lointaine, 100 % des ordinateurs croient que c’est la meilleure façon de parler de «la force»). L’animation n’a pas la qualité artistique de Wall.E, mais le travail est bien fait.

Une nouvelle mission

Bien sûr, aucun film de Star Wars ne serait complet sans une intense intrigue. Et La Guerre des clones fait aussi le travail de ce côté. La situation politique complexe offre une mission aux Jedi Anakin Sky­walker et Obi-Wan Kenobi. Le fils de Jabba the Hutt a été kidnappé et les deux chevaliers Jedi devront le retrouver. Si vous souriez à l’idée de voir le fils de Jabba the Hutt, attendez de voir son oncle, qui porte du rouge à lèvres et qui parle comme Truman Capote!

Et puis bien sûr, il y a les scènes de combat. Encore plus que dans les épisodes de Star Wars précédents, La Guerre des clones s’attarde aux duels familiers de la saga. Sans être dérangés par la nécessité de faire des vaisseaux et des armées qui n’auraient pas l’air de dessins animés – contrairement aux films précédents – les animateurs se sont concentrés sur les combats de la deuxième trilogie.

Comme son nom l’indique, La Guerre des clones est un film de guerre. Un film quelque peu miné par un humour facile et enfantin, mais qui nous rappelle pourquoi cet opéra de l’espace a réussi à capter l’attention de milliers de fans. C’est tout ce qu’on peut souhaiter d’un Star Wars en 2008.

La Guerre des clones
En salle dès aujourd’hu

Articles récents du même sujet