Culture

Patrice Robitaille: Pour l'amour du jeu

Patrice Robitaille Photo:
Marc-André Lemieux, Métro

Contrairement à la majorité des Québécois, qui ont oublié le baseball au lendemain du départ des Expos de Montréal, Patrice Robitail­le n’a jamais cessé d’aimer ce sport.

 

Dans le film Un été sans point ni coup sûr, l’acteur incarne le père de Martin, un garçon de 12 ans qui rêve de jouer dans l’équipe locale.

Lorsque son fils apprend qu’il n’a pas été repêché par celle-ci, il s’improvise entraîneur d’une équipe B composée de tous les laissés- pour-compte.

Métro a parlé baseball avec Patrice Robitaille.

Lors du tournage du film Maurice Richard, vous aviez gardé votre chandail des Nordiques en dessous de celui du Canadien. Cette fois-ci, avez-vous eu un problème à jouer le père d’un grand fan des Expos?

Non, aucun!

Étiez-vous un fan de baseball?

Oui. J’avais eu la chance de lire le roman de Marc [Robitaille, le scénariste] avant même qu’on m’offre de jouer dans le film.

Avez-vous déjà fait partie d’une équipe de baseball?

Oui. J’ai joué au baseball pendant des années et je continue à jouer à la balle-molle avec mes amis. Moi, contrairement au personnage de Martin, j’étais bon. J’la faisais, l’équipe! [rires]

Qu’est-ce qui vous plaît dans le sport?

J’aime la camaraderie et le feeling de vestiaire. Au hockey, j’aime la demi-heure qu’on passe dans le vestiaire des joueurs avant la game. J’aime aussi la petite bière après… [rires] C’est vraiment pas compliqué comme activité. Des fois, tu peux avoir plein de tracas dans ta vie quotidienne, mais une gang de gars dans un dans un abri de baseball, nous ramène à la base!

À votre avis, pourquoi le baseball est-il en perte de vitesse au Québec?

Selon moi, le baseball est un sport qui demande plus d’habiletés physiques que le soccer. Au soccer, tu mets un ballon au milieu du terrain, et les jeunes vont se faire du fun tout de suite. Le but est grand, et les règles ne sont pas compliquées. Le baseball est un sport plus complexe. Ça prend du temps avant de comprendre toutes ses subtilités. Et aujourd’hui, les gens n’ont plus de temps…

Un été sans point ni coup sûr
En salle dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet