Culture

«Madonna était ma drogue»

Talia Soghomonian, Métro France

Elle est l’icône absolue de la culture pop et tout lui réussit.

Pour­tant, Madonna cache une personnalité complexe, souvent au détriment des gens qu’elle aime.

Dans son livre Ma sÅ“ur, la plus grande star du monde… (aux éditions du Toucan), Christopher Ciccone, 48 ans, qui a aussi été son danseur et le directeur artistique de plusieurs de ses tournées, raconte, sans tomber dans le trash, sa relation avec cette sÅ“ur pas comme les autres.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre? Par vengeance?

Ça n’a rien à voir avec de la vengeance. Pour moi, c’est l’histoire d’un frère, d’une sÅ“ur et de leur relation. Il se trouve que la sÅ“ur en question est devenue l’une des femmes les plus célèbres du monde! Lorsque j’ai regardé en arrière, tout ce que nous avons vécu ensemble, je me suis dit qu’il y avait une grande histoire à raconter et que j’étais le seul capable de le faire. C’est aussi une façon pour moi d’enfin acquérir mon indépendance. Pendant des années, lorsque les gens me regardaient, ils pensaient d’abord à elle.

En vous lisant, on a l’impression qu’elle vous a longtemps retenu à ses côtés contre votre gré…

Je suis en partie responsable, car j’avais choisi de vivre auprès d’elle. Je ne m’entendais pas avec nos parents ni avec nos frères et sÅ“urs. Elle était tout ce que j’avais. Mais chaque fois que je tentais de faire preuve d’un peu d’indépendance, elle me rattrapait par le col, à tel point que c’en était devenu naturel. Elle préparait une tournée et elle me disait : «Tu pourras mettre en scène les concerts.» Elle achetait une nouvelle maison et disait : «Tu pourras la décorer, au prix que tu veux.» Comme si on proposait un bonbon à un enfant… Elle était ma drogue. J’étais accro à elle, à son mode de vie, ses rencontres. Tout le monde – je dis bien tout le monde – voulait attirer son attention. Et c’est à moi qu’elle s’intéressait. Elle m’écoutait. C’était un privilège énorme, presque toxique.

Vous la décrivez comme quelqu’un d’opiniâtre qui obtient toujours tout ce qu’elle veut…
C’était une fille à papa. Elle était l’aînée, elle avait le prénom de notre mère. C’était la plus grande gueule de la famille, tout simplement!

Vous expliquez que votre relation s’est dégradée après son mariage avec Guy Ritchie. Que s’est-il passé?
Disons que c’est le début de la fin. En réalité, c’est moins leur mariage que son attitude, à lui, envers moi qui nous a séparés. Il était mal à l’aise avec mon homosexualité, en plus de plein d’autres choses.

Vous dites que c’est la Kabbale qui maintient leur mariage en vie…

C’est la seule chose qui explique qu’ils soient encore ensemble. Je ne sais pas combien de temps ça va durer.

Avez-vous parlé avec elle depuis la publication du livre?

Non. Nous avons échangé quelques courriels avec mon père à la sortie du livre. Je lui ai ensuite écrit un courriel pour son anniversaire, mais elle ne m’a jamais répondu. Je doute qu’elle le fasse avant un bon bout de temps.

Pensez-vous vous réconcilier un jour?
C’est entièrement possible.

Ma sÅ“ur, la plus grande star du monde…
Présentement en librairie

Articles récents du même sujet