Culture

Les curiosités du Heavy Montréal

Les curiosités du Heavy Montréal
Photo by: Susan Moss/Collaboration Spéciale

Hormis les têtes d’affiche, soit Rob Zombie, Marilyn Manson et Limp Bizkit, qui remplace Avenged Sevenfold, la programmation du Heavy Montréal comprend en majorité des groupes de death metal et de metalcore dans toutes ses déclinaisons. Question d’éviter l’overdose de ces styles, voici quelques bands, qui offrent un son différent, à découvrir (ou redécouvrir) ce week-end.

Alestorm et Gloryhammer

Ne serait-ce que parce qu’Alestorm se décrit comme un band de «pirate metal», avec ses chansons racontant des histoires de boisson et d’abordage, le spectacle du groupe écossais risque d’être particulièrement spécial. Et Gloryhammer, le second groupe de Christopher Bowes d’Alestorm, offre du power metal digne de ce nom.
Samedi à 16 h 50 sur la scène Heavy et dimanche à 17 h 35 sur la scène de la Forêt.

Baroness

Le groupe américain originaire de Géorgie accumule les succès et ravit les critiques depuis une quinzaine d’années. Avec son sludge metal teinté de sonorités punk, Baroness ne déçoit jamais. On attend avec impatience le prochain album, qui fera suite au très réussi Purple paru en 2015, car ce sera le premier depuis l’arrivée de Gina Gleason dans le groupe.
Samedi à 15 h 25 sur la scène de l’Apocalypse.

Get the Shot

Pour une bonne dose de hardcore et de punk, jetez un coup d’œil à Get the Shot. Le quintette de Québec rappelle par moments Disturbed et Raised Fist, notamment en raison de la voix du chanteur. Tout est tassé, on n’a pas le temps de respirer, les riffs de guitare sont extrêmement rapides, la basse est lourde et le résultat est puissant.
Dimanche à 14 h sur la scène du Jardin.

Emperor

Bon, on ne s’éloigne pas trop du death metal avec cette suggestion, mais difficile de passer à côté : le spectacle d’Emperor à Heavy Montréal est incontournable. Le groupe norvégien de black metal devrait jouer dans son intégralité son deuxième album, Anthems to the Welkin at Dusk, acclamé par la critique à sa sortie, en 1997.
Samedi à 20 h 25 sur la scène de l’Apocalypse.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *