Culture
21:56 22 novembre 2012 | mise à jour le: 22 novembre 2012 à 22:08

Bill Pullman, fanatique des fruits

Bill Pullman, fanatique des fruits
Photo: EyeSteelFilm

On l’a connu comme jazzman torturé dans Lost Highway et comme gentil papa dans Casper. Mais dans le documentaire The Fruit Hunters, Bill Pullman se révèle sous un tout autre jour. À savoir celui d’un fanatique… des fruits! Nous avons discuté avec le charmant acteur de sa drôle de passion.

Pour certains, l’amour des fruits est si grand, si profond, si viscéral, qu’ils sont prêts à parcourir la planète, à braver des intempéries, à explorer la jungle et à grimper aux arbres pour trouver une espèce rare. Bill Pullman fait partie de ces passionnés. À l’âge de 13 ans, pour échapper à un climat familial oppressant, il a commencé à planter des pommiers et à prendre soin de son verger. Aujourd’hui, l’acteur résidant à Hollywood fait partie d’une communauté tissée serré. Avec ses amis qui partagent la même passion que lui, Bill apprend notamment aux enfants du coin à cueillir, à manger et à aimer les fruits plus «étranges» qui sont à leur portée.

Découvrant dans un article du New York Times que Pullman était un de ces enthousiastes, le documentariste montréalais Yung Chang, qui nous a donné l’acclamé Up the Yangtze, l’a contacté pour lui proposer de participer à son projet sur les fruit hunters, les chasseurs de fruits. Ne se faisant pas prier, Bill a accepté. «Il existe un code parmi tous les amateurs comme moi, confie-t-il lorsque nous le joignons au téléphone. On s’entraide les uns les autres. Moi-même, lorsque j’ai commencé à m’occuper de mon verger, j’ai bénéficié de la générosité de plusieurs passionnés! Du coup, lorsque Yung m’a contacté, je l’ai invité à venir habiter quelque temps chez moi, à L.A., puis je lui ai présenté plein de gens qui ont la même fascination que moi pour les fruits!»

Au départ, l’acteur ne pensait pas se retrouver lui-même à l’écran. Il préférait mettre de l’avant ses amis, «d’humbles arboriculteurs qui auraient pu tirer profit d’un petit peu de publicité». Toutefois, au fur et à mesure que le projet a avancé, le concept a changé. Et Pullman, réticent au départ, s’est retrouvé à l’avant, se dévoilant peu à peu au sujet de son grand dada.
Ainsi, dans le film, on peut par exemple le voir assister à une vente aux enchères… de mangues! Car oui, certains collectionneurs parient de gros sous sur des espèces rares! L’acteur confie aussi que certains vendeurs d’agrumes et d’autres espèces exotiques sont «comme des pushers de drogue. Ils vous assoient à une table pour bien vous présenter leurs produits et vous inciter à les acheter.»

«Un jour, un de ces vendeurs m’a fait goûter la Sapote verte, une pomme sud-américaine très populaire, raconte-t-il. Il faut toutefois la laisser sur l’arbre jusqu’à ce qu’elle tombe. Et quand elle tombe, elle est brune, presque noire, pourrie, même! Ç’a l’air horrible et répugnant, mais c’est exactement à ce moment précis qu’il faut la manger!» Convaincu par cette expérience gustative hors du commun, Pullman a décidé de faire pousser un arbre de Sapote chez lui, en Californie. «Mais je suis maudit, rigole-t-il. Je n’arrive jamais à attraper les Sapote au bon moment, et puis les écureuils se sont mis de la partie! Je n’ai jamais retrouvé le goût que j’ai découvert cette fois-là! Et je veux tant le connaître encore! C’est comme une dépendance!»

Celui qui est papa de trois grands enfants auxquels il «espère avoir transmis son hobby original» rappelle pour conclure à quel point son passe-temps lui a été profitable, tout au long de sa vie. «Ça demande un grand sacrifice de temps, mais ça rapporte énormément! Lorsqu’on se consacre autant à la nature, on se sent en communion totale avec le monde. Ça apporte beaucoup de réconfort.»

Pullman président!
En janvier, «il y aura un nouveau président à la Maison-Blanche!» annonce depuis peu le réseau NBC. En effet, Bill Pullman, qui s’est déjà retrouvé à la tête des États-Unis dans Independance Day, se fera à nouveau chef d’État dans 1600 Penn, une télésérie comique qui nous plongera dans les coulisses du pouvoir à Washington. «C’est une chose que je n’ai encore jamais faite! Comme j’aime varier mes projets, je n’ai jamais voulu m’engager pour faire partie d’une série. Mais 1600 Penn n’est pareille à nulle autre! Je m’amuse vraiment!» s’exclame l’acteur.

Celui qui surprend toujours par ses choix de rôles éclectiques avoue que cette diversité a été pour lui «à la fois profitable et nuisible». «Mais l’expérience de Fruit Hunters a été particulièrement démente! ajoute-t-il en riant. Dans la vie, je suis un gars très effacé. À un point tel que je suis incapable de regarder des émissions de téléréalité! Sincèrement, je rougis, je me sens mal, je ne comprends pas pourquoi on prend tant plaisir à rire des gens qui participent à ces émissions. D’un autre côté, je dis ça, et me voilà dans un documentaire où je dévoile une partie de moi que seuls mes proches connaissaient! Reste que je me sens en bonne compagnie dans cette aventure!» natalia wysocka

Filmographie
Bill Pullman en trois titres :

  • While You Were Sleeping, de Jon Turteltaub (1995). Un classique de la comédie romantique!
  • Lost Highway, de David Lynch (1997). Un film culte, incontournable, qu’on ne se lasse jamais de voir. Avec Pullman dans son meilleur rôle.
  • Surveillance, de Jennifer Lynch (2008). Plus de 10 ans après nous avoir marqués dans Lost Highway, l’acteur a pris part à ce thriller, signé par la fille de Lynch.

The Fruit Hunters
En salle dès vendredi