Culture

Critiques CD: La Renarde, Webster & 5 for Trio, Jacobus et Pale Lips

Critiques CD: La Renarde, Webster & 5 for Trio, Jacobus et Pale Lips
Photo: Getty Images/iStockphoto

Délicatesse
La Renarde
Sur les traces de Pauline Julien
•••½
Encore une œuvre-hommage à Pauline Julien? Oui, et cette fois en chansons. Il était temps d’immortaliser le projet musical porté par Ines Talbi, qui avait été présenté aux Francos l’été dernier. Les 16 titres de cet album intemporel réunissant notamment la voix douce de Fanny Bloom et de Frannie Holder ainsi que celle de France Castel, Sophie Cadieux et Émilie Bibeau, modernisent l’important répertoire de la chanteuse et, surtout, mettent en valeur la puissance de ses mots. L’ensemble, réalisé par Martin Léon, se démarque par sa délicatesse, mais on ressent trop peu la flamme qui animait cette artiste incontournable, décédée il y a déjà plus de 20 ans. Marie-Lise Rousseau

Rap mature
Webster & 5 for Trio
Idioties
•••
Webster, le plus intellectuel des rappeurs québécois, est de retour, cette fois accompagné d’un trio jazz classique qui donne aussi par moments dans le rock et le prog. Le résultat est évidemment à des années-lumière des tendances trap actuelles, ce qui donne une certaine fraîcheur au projet malgré des inspirations très old school. Sur des rythmes jazzés un peu redondants, le flow du fier représentant de Limoilou est déclamé plutôt que rappé, un peu à la façon de Grand Corps Malade. Cela a l’avantage de mettre en lumière ses textes toujours aussi bien ficelés. On retiendra particulièrement la pièce-titre, requiem contre l’ignorance et la haine. Benoit Valois-Nadeau

La victoire de l’ego
Jacobus
Caviar
•••½
Caviar est une pelletée de vibrations entraînantes qui est garochée dans nos oreilles. Le récent album de Jacobus, membre de Radio Radio, s’assume entièrement dans l’EDM, en y ajoutant un peu de ce rap qu’on a souvent entendu dans le fameux band acadien. On s’y retrouve rapidement dans Caviar, où Jacobus se célèbre sur des beats «prêts-à-jouer» dans les clubs. On oublie la musique trop élaborée pour s’amuser dans la répétition et les sons très plaqués, préférant aussi les phrases catchy aux couplets trop complexes. On a devant nous un album très efficace, à éviter toutefois si on veut relaxer après une longue journée. Alexis Boulianne

Un whoo de trop
Pale Lips
After Dark
••½
Le talent du quatuor mont-réalais est indéniable, tout comme le fun qu’ont les musiciennes sur les 12 morceaux d’After Dark. Pale Lips a trouvé son filon, le rockabilly teinté de blues et de punk-dilué-à-la-Ramones, et l’exploite avec énergie. On tape du pied, on répète les refrains, mais (oui, un malheureux mais) ce deuxième opus tourne un peu en rond, comme le vinyle pour lequel la musique semble avoir été produite. L’album nous donne un sugar high insatisfaisant. On suggère tout de même l’écoute de That Old Ghost Don’t Lie, You’re a Doll et All my Baby Brought Back was the Blues, qui ressortent du lot. Carine Touma

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *