Culture

Décès du cinéaste Jean-Claude Labrecque

Décès du cinéaste Jean-Claude Labrecque
Jean-Claude Labrecque

Le monument du cinéma québécois Jean-Claude Labrecque est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l’âge de 80 ans.

Il laisse un legs important à la cinématographie québécoise, tant en fiction qu’en documentaire. Parmi la quarantaine de films qu’il a réalisés au cours de sa longue carrière, citons La visite du général de Gaulle au Québec (1967) Les Smattes (1972) et À hauteur d’homme (2003), documentaire qui portait sur l’ex-premier ministre Bernard Landry.

Tour à tour directeur photo, scénariste et réalisateur, Jean-Claude Labrecque s’est illustré en début de carrière en collaborant à des productions marquantes du 7e art, dont Le chat dans le sac (1964), La vie heureuse de Léopold Z. (1965) et Entre la mer et l’eau douce (1967).

Au fil de sa longue et prolifique carrière, Jean-Claude Labrecque a reçu de nombreuses distinctions, notamment le prix Albert-Tessier en 1992 et l’Ordre national du Québec en 2009. En 2012, il avait reçu le prix Hommage lors de La soirée des Jutra.

Plus récemment, en 2018, le documentaire Une caméra pour la mémoire, signé Michel La Veaux, revenait sur son impressionnant parcours..

Jean-Claude Labrecque laisse dans le deuil ses trois fils : Francis, Jérôme et Martin, ainsi que son petit-fils Louis et sa femme, Francine Laurendeau.

Plus d’informations suivront pour ses funérailles, est-il indiqué dans un communiqué.