Culture

Une websérie pour «donner une voix» aux Hospitalières

Une websérie pour «donner une voix» aux Hospitalières
Photo: Josie Desmarais/MétroLa websérie réalisée par André Waquant traite de l'histoire de 12 Hospitalières interprétées par 12 comédiennes.

Disponible dès maintenant, la websérie «Histoires extraordinaires d’Hospitalières» vise à mettre en lumière certaines des missions de l’histoire des Hospitalières, depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, représentant la diversité des missions humanitaires auxquelles elles prennent part.

«C’est un devoir de reconnaissance et de mémoire envers les sœurs, mais aussi une façon de transmettre cette façon de penser, cette pensée citoyenne, et de promouvoir l’empathie», a précisé à Métro le producteur, réalisateur et scénariste, André Waquant.

Sous forme hybride de «docu-témoignage-fiction», la websérie rassemble quelque douze comédiennes québécoises, dont Ève Landry, Sophie Faucher et Micheline Lanctôt, qui interprètent les récits relatant la diversité des drames humains auxquels les Hospitalières ont été confrontées depuis 1642.

Comme leur histoire est déjà le sujet de plusieurs ouvrages spécialisés, André Waquant dit avoir voulu se pencher sur une perspective à l’échelle humaine.

«On voulait parler des petites histoires dans la grande Histoire», a-t-il illustré, précisant que l’objectif du documentaire est de documenter toutes les réalités d’une même communauté.

Même s’il avoue vouloir toucher le grand public «par émotion», il était important pour lui de ne pas tomber dans le sensationnalisme, malgré que plusieurs de ces récits traitent de sujets difficiles comme la toxicomanie, la guerre et la violence envers les femmes.

«Le texte qu’on m’a envoyé était très prenant, très touchant. Ça donne une parole à ces femmes qui ont beaucoup accompli, qui ont été dévouées pendant tant d’années et dont on n’a pas suffisamment entendu parler. C’est ce qui est intéressant dans ces petites histoires», a pour sa part avoué Catherine Renaud, qui est l’une des comédiennes ayant pris part au projet.

Du même avis, la comédienne Sophie Desmarais a qualifié de très «humble» la démarche derrière le projet.

«C’est la première fois que je donnais une voix à quelqu’un qui est toujours vivant. C’est certain qu’on essaie d’être le plus fidèle possible.» -Sophie Desmarais, comédienne impliquée dans le projet de websérie

Dix des douze Hospitalières ayant partagé leurs histoires dans la websérie sont toujours vivantes, par ailleurs. Elles ont donc pu voir leur histoire personnifiée.

Sœur Louisette Lelièvre, qui a agi à titre de coordinatrice auprès d’André Waquant, a confirmé que les sœurs ont «beaucoup apprécié» la websérie, mais elle a aussi avoué que ce n’était pas «dans la culture de la communauté de communiquer de cette manière», en parlant du support vidéo.

«Ça nous a permis de mieux accepter ce mode de communication. À travers les capsules, il y avait cette recherche de communiquer de manière plus contemporaine, car la transmission est importante», a-t-elle souligné.

Aujourd’hui, la Congrégation des Hospitalières de Saint-Joseph compte environ 160 religieuses à l’interne.

Il est possible de visionner la websérie sur le site suivant.