Culture
21:06 15 octobre 2019 | mise à jour le: 15 octobre 2019 à 21:10 temps de lecture: 3 minutes

«Aimons-nous»: toujours actuelle, 50 ans plus tard

«Aimons-nous»: toujours actuelle, 50 ans plus tard
Photo: Josie Desmarais/MétroYvon Deschamps et Judi Richards.

Aimons-nous d’Yvon Deschamps a vu le jour en novembre 1969. Quelque 50 ans plus tard presque jour pour jour, la chanson a été intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens dans le cadre de la cérémonie d’inauguration du nouveau pavillon Palestre Nationale de l’Association sportive et communautaire du Centre-Sud (ASCCS).

Dans un climat de contestation et tout juste avant la crise d’Octobre, elle a marqué toute une génération qui était encore dans l’esprit du peace and love. Elle parlait du choc des générations à une époque où avoir 30 ans voulait dire qu’on était dépassé.

«Je venais de terminer L’Osstidcho avec Robert Charlebois qui avait 24 ans, explique M. Deschamps. J’ai eu le droit de jouer avec eux parce que c’est nous qui produisions le spectacle au Théâtre de Quat’Sous [alors disponible parce que la pièce Les belles sœurs, trop chère à produire, avait laissé un trou de trois semaines]. Je n’aurais jamais pu y être sinon, parce que j’étais trop vieux!»

Comme il sait si bien le faire, Yvon Deschamps ironise sur la société québécoise tant au plan culturel que social et politique avec son humour mordant sur le racisme et l’intolérance. Mais c’est Clémence DesRochers qui lui avait en quelque sorte donné l’idée, alors qu’il était en panne d’inspiration.

«Elle m’avait dit : “Quand t’as pas de punch à la fin d’un monologue, écris une chanson”, raconte en riant M. Deschamps. J’avais fait un texte sur l’histoire du P’tit Jésus et je ne savais pas comment finir, alors j’ai fait comme elle m’avait dit.»

Ce sera la première chanson d’une série de près de 60 qu’il aura signées.

Puissant

«Aimons-nous quand même, aimons-nous jour après jour, aimons-nous malgré l’amour. Deux mille ans de haine n’ont rien changé à l’amour…»

Un texte puissant, lumineux et sombre à la fois. «Il y a eu beaucoup de guerres quand j’étais jeune, la Deuxième Guerre mondiale, celle de Corée, et ça marque. On dirait qu’on n’apprend pas. Il y a toujours quelqu’un qui est prêt à partir en guerre quelque part pour des idées.»

La chanson est devenue un hymne à la diversité en 2017, dans la foulée des attentats de la mosquée de Québec.

La reprise des artistes Ariane Moffatt, Karim Ouellet et La Bronze l’ont même propulsée au sommet des palmarès iTunes du Canada.

Yvon Deschamps estime que le message le plus important de la chanson reste la dernière phrase, «je m’aime, tu t’aimes, ils s’aiment». «On doit nous aimer nous-même parce que, même s’ils s’aiment, ça ne veut pas dire qu’ils vont t’aimer, toi!»

De son propre aveu, il était déjà philosophe, bien plus qu’aujourd’hui. «Aimons-nous quand même» servira de thème à la campagne de financement visant à assurer la pérennité des activités jeunesse offertes gratuitement au nouveau pavillon Palestre Nationale de la rue de la Visitation, construit au coût de près de 10 M$ amassés auprès de donateurs grâce à la participation de la Fondation Yvon Deschamps Centre-Sud. Les tasses autographiées par Yvon Deschamps seront proposées dans toutes les pharmacies Jean Coutu de la province à compter du 21 octobre.

Articles similaires