Culture

Puissante Céline Dion

Puissante Céline Dion
Photo: Josie Desmarais/MétroCéline Dion était de passage au Centre Bell dans le cadre de sa tournée Courage.

Deux mois après avoir reporté toutes ses dates montréalaises pour des soucis de santé, Céline Dion était en pleine forme ce soir pour la première représentation de sa série de spectacles au Centre Bell.

Disons-le d’emblée: l’auteure de ces lignes n’est pas la plus grande fan de Céline Dion. Bien sûr, on admire sa voix toujours impeccable – c’était encore le cas hier soir – et on éprouve un réel plaisir à écouter (lire: fredonner) certains de ses succès, hymnes incontournables de la culture pop.

Ainsi, ce premier concert montréalais de la tournée internationale Courage – du nom du 27e album de la diva québécoise, sorti vendredi dernier – coïncide avec le baptême de Céline sur scène pour la représentante de Métro.

Heureusement, la chanteuse a été à la hauteur de sa réputation. Il y a eu des envolées vocales grandioses, des poings serrés, du rire et des larmes tout au long des deux heures de sa performance.

Déjà, le party était commencé avant que Céline se pointe le bout du nez. En guise de première partie, un écran a montré à tour de rôle ses fans dévoués (y compris des religieuses et quelques hommes torse nu!) qui l’attendaient en se déhanchant, tous très enthousiastes de voir leur minois en format géant. Le tout s’est déroulé sur une trame sonore disco-funk enlevante. Un artiste en première partie n’aurait pas mieux réchauffé la foule.

«Ce soir, j’ai chanté l’amour, le drame, le courage et l’espoir. […] Merci de me permettre de vivre autant d’émotions avec vous. Je vous aime.» Céline Dion, sur scène hier soir

Cette intro festive (quoique un peu longue) a donné le ton à la suite de la soirée. À 20h30, après une vidéo la montrant en noir et blanc, la diva est montée sur scène sous un tonnerre de cris et d’applaudissements.

«It’s all coming back to me now», a-t-elle entonné avec force, élégamment vêtue d’une robe rouge brillante. La main sur le cœur, le sourire aux lèvres, Céline Dion s’est montrée émue de l’accueil dithyrambique de ses fans.

«Wow! Attendez, attendez, attendez un instant. Ah, finalement!» a lancé la chanteuse après deux chansons.

D’emblée, elle s’est excusée du report de sa série de spectacles, initialement prévus en septembre. «Croyez-moi, ce n’était pas de gaieté de cœur. Mais l’important, c’est d’être ensemble ce soir.» Les 16 500 fans présents au Centre Bell lui avaient clairement déjà pardonné.

Céline étant Céline, elle a aussi profité de ses jasettes avec le public pour faire un peu d’humour. «Quand je suis sortie de l’avion, je me suis lancée dans la neige! Ça fait un mois que je chante dans ma tête Je reviendrai à Montréal [de Robert Charlebois]. Je serais venue à pied, même en kayak, direz-vous!»

Interrompue par quelques «On t’aime!» lancés depuis la foule, la chanteuse a souligné qu’il s’agit de la première fois qu’elle s’engage autant dans la création d’un spectacle. À propos de René Angélil, qui s’occupait de cela avant son décès, il y a trois ans, elle a dit: «Ce soir j’aimerais qu’il soit fier de moi et de l’équipe qui m’entoure.»

Énergique et impeccable

Sur la large scène pourvue de plateformes de chaque côté lui permettant d’exécuter quelques pas de danse et de se rapprocher du public, Céline Dion a livré une performance énergique, rythmée et sans faille, rodée au quart de tour. Autour d’elle, sa quinzaine de musiciens et ses choristes ont été eux aussi impeccables.

Dans un premier temps, la chanteuse a alterné ses succès anglophones (I’m Alive, The Power of Love, Beauty and The Beast) et francophones (Dans un autre monde, Encore un soir, Ziggy).

On s’en doutait et on en a eu la confirmation hier soir: Céline sait diriger son public. Elle l’a démontré en convainquant sans difficulté les spectateurs de chanter avec elle des «Ooooh Ooooh Ooooh» lors de sa reprise de You’re The Voice, de l’Australien John Farnham.

Il aura toutefois fallu attendre la moitié du spectacle pour entendre un premier morceau de son nouvel album, la chanson-titre Courage, dans laquelle elle aborde le deuil de son mari. Peu après, elle a aussi interprété l’accrocheuse Imperfection.

Parmi les moments forts, notons la finale de la populaire All By Myself, qui a culminé dans une envolée vocale maîtrisée et franchement impressionnante, suivie d’une ovation bien sentie. «Vous êtes un public incroyable, merci beaucoup, a-t-elle lancé tout juste après. On est tellement bien à la maison!»

L’émotion était tout autant au rendez-vous pour la ballade S’il suffisait d’aimer, violons et chœur du public à l’appui.

Seul bémol, parce qu’il en fallait bien un: on aurait pu se passer vers la fin de l’inutilement long pot-pourri de succès populaires, dont Let’s Dance, Another One Bites The Dust et Lady Marmalade. Avec un répertoire aussi varié que le sien, inutile de puiser dans celui des autres.

Ç’a été vite oublié lors du titanesque rappel (pardon!), où la soirée a atteint son paroxysme. On vous met au défi de rester de glace pendant My Heart Will Go On et l’indémodable Pour que tu m’aimes encore. «Merci, vous avez été formidables», a déclaré la chanteuse, retenant ses larmes lors d’une énième ovation. On lui renvoie le compliment.

Après ce grand spectacle d’une grande interprète, on ressort un peu, beaucoup, plus fan qu’on l’était en y arrivant.