Culture
08:47 31 mars 2020 | mise à jour le: 31 mars 2020 à 09:44 temps de lecture: 7 minutes

Les essentiels petits moments de folie d’Arnaud Soly

Les essentiels petits moments de folie d’Arnaud Soly
Photo: Courtoisie Arnaud SolyArnaud Soly dans la peau de Brian l'infirmier

On avait marqué la date du 7 avril à notre calendrier depuis un certain temps. C’est à ce moment qu’Arnaud Soly devait présenter à Montréal son premier spectacle solo, Stand-up. À défaut de pouvoir monter sur scène, le jeune humoriste crée des petits moments de folie sur les réseaux sociaux.

Comment avez-vous reçu la nouvelle quand vous avez appris que vous ne monterez pas sur scène de sitôt?

J’avoue que je ne l’avais pas vu venir. Les mesures ont été assez drastiques et rapides. C’est tombé comme une tonne de briques. Quand la nouvelle est sortie, j’étais sur la route. J’ai passé des heures au téléphone dans la voiture; toutes les salles appelaient. C’était un petit casse-tête logistique. Bref, sur le coup, j’ai été un peu égoïste, je pensais à moi et à mes affaires.

Puis, j’ai dormi là-dessus. Après la déception, j’ai compris l’ampleur de la situation et j’ai relativisé en me disant que c’est pour le bien commun et la santé publique qu’on fait ça. Et puis, tout le monde est dans le même bateau. Il faut prendre son mal en patience pour sortir de cette pandémie tous ensemble. Ça reprendra quand ça reprendra. J’essaie de le prendre de façon positive et de voir ça comme une opportunité pour faire autre chose.

Autre chose, ce sont des vidéos en direct que vous faites presque tous les soirs sur Instagram, où vous improvisez en créant des personnages, en prenant les appels du public ou encore en faisant le doublage de vieilles émissions. Vous amusez-vous ces jours-ci?

J’ai vraiment beaucoup, beaucoup de plaisir, sinon je ne le ferais pas. J’ai toujours été actif sur les réseaux sociaux, mais présentement, en étant confiné, j’ai beaucoup de temps libres. (Rires)

Aussi, l’anxiété collective qu’on vit fait en sorte que, peut-être encore plus que jamais, on a besoin d’humour. Comme le divertissement en salle n’existe plus, le direct devient une bonne solution de rechange. Je fais souvent des lignes ouvertes où je prends les messages du public ou d’amis humoristes. Ça crée un effet de rassemblement virtuel, ce qui est agréable.

Vous sentez-vous utile ainsi? Divertir les gens en temps de crise, c’est précieux…

Je pense que oui. J’ai souvent été complexé de justifier mon art et ma pratique. Depuis un petit moment, je comprends comment j’amène du bonheur dans la vie des gens. Je ne veux pas me comparer aux médecins, au personnel de la santé et à tous les gens qui sont en première ligne et au front; je ne fais pas un travail du même ordre, mais je pense que c’est important aussi de parler d’autre chose. Évidemment, c’est très gros et ça touche tous les aspects de notre vie, mais j’essaie dans mes directs de créer des petits moments de folie. Les gens ont besoin de changer d’air.

«Ces vidéos en direct sont un prétexte pour s’amuser avec les gens. Visiblement, ça fait du bien, parce que je n’ai jamais dans ma jeune carrière reçu autant de messages que ces deux dernières semaines.» Arnaud Soly, humoriste

Parmi les personnages que vous avez créés récemment, il y a Brian, un infirmier qui prend des appels au 811. Parlez-nous un peu de lui.

Brian s’est fait renvoyer de l’hôpital parce qu’il a eu une relation avec une patiente. (Rires) Il donne un coup de main aux lignes d’Info-Santé, mais on comprend par la bande qu’il a des problèmes d’argent. (Rires) Le personnage se crée au fur et à mesure. Le gag était de «désengorger» les lignes du 811, évidemment avec une approche 100 % humoristique.

En prenant des appels, ça m’a ouvert une porte sur la fonctionnalité «duplex» d’Instagram. Ça me permet d’improviser avec des gens. Tout seul, c’est le fun, mais faire un doublage d’une demi-heure, ça devient rapidement psychotique! L’épisode de Ramdam était un beau défi, mais c’était très demandant. Quand j’ai eu l’idée d’ouvrir la ligne de Brian au public, ça a été une révélation. De plus en plus, j’essaie de demander à mes amis humoristes, comédiens ou improvisateurs de se joindre aux directs. Ils m’envoient des demandes et eux aussi commencent à créer des personnages. Il se crée donc une sorte de narration autour de Brian. C’est vraiment le fun.

Dans les dernières semaines, vous avez aussi personnifié un animateur à RDS ainsi que Crystal, une voyante en robe rouge qui interprète les rêves des gens. Avez-vous peur d’être à court d’inspiration si la pandémie perdure?

Je n’ai vraiment pas peur de manquer d’idées, ça n’a jamais été une préoccupation. Je le fais de manière organique. Je me rends compte que certains personnages marquent plus. Comme Brian, les gens m’en parlent beaucoup… En fait, j’essaie de trouver des canevas qui sont infinis. Brian, il prend des nouvelles de la santé des gens. Crystal, elle lit l’avenir. Plus le sujet est vague, plus il touche à tout le monde, plus il y a de possibilités. J’ai d’autres idées, aussi j’aimerais faire un genre de talk-show français où je recevrais des intellectuels et ferais des cercles de lecture. J’aime improviser sans trop
me préparer afin de me surprendre moi-même.

Justement, vous avez de l’expérience en impro et vous êtes déjà un habitué du Web. Vous trouvez-vous chanceux, dans les circonstances, de pouvoir diffuser votre humour? Ce ne sont pas tous les humoristes qui ont ces outils.

J’ai étudié en arts visuels, j’ai rapidement appris à utiliser Photoshop et à faire du montage et de la prise de son. Ç’a toujours été important pour moi d’être indépendant d’un point de vue technique. Est-ce qu’on peut parler de chance? Je me suis simplement outillé pour le faire. Dans un contexte où il n’y a plus de scène… J’ai des amis pour qui c’est la scène ou rien d’autre. Ils trouvent ça difficile parce qu’ils n’ont pas de plateforme pour faire la transition. Moi, ça se fait naturellement. Il n’a pas fallu que je me dénature pour rejoindre le public.

Parlons du public. Plusieurs humoristes ont admis dans les derniers jours s’ennuyer de ce contact; est-ce votre cas aussi Arnaud Soly?

Oui. À Montréal, on a la chance de pouvoir jouer presque tous les soirs dans les petites salles. L’humoriste est, par définition, une personne en grande carence affective et qui a un grand besoin d’attention. (Rires) Le rire du public, c’est une drogue. Bien sûr, ça me manque. Ajoutez à ça la peur de l’inconnu avec ce qu’on vit, l’éloignement de nos proches et de nos familles… Tout d’un coup, on n’a plus de contact social. Ça peut être déracinant.

Articles similaires