Culture
15:17 30 avril 2020 | mise à jour le: 30 avril 2020 à 18:44 temps de lecture: 3 minutes

Déconfinement: les cinémas visent une réouverture à la mi-juin

Déconfinement: les cinémas visent une réouverture à la mi-juin
Photo: Archives MétroSalle de cinéma

L’industrie du cinéma québécois élabore présentement un plan qui permettrait la réouverture des salles entre le 15 et le 30 juin.

Initié par l’Association des propriétaires de cinémas du Québec et la Corporation des salles de cinéma du Québec, un comité de relance travaille à établir les normes sanitaires qui permettront une réouverture «sécuritaire» des salles.

«On souhaite compléter notre plan d’ici deux semaines pour ensuite le soumettre à la Santé publique. On vise une ouverture entre le 15 et le 30 juin», a indiqué à Métro Éric Bouchard, président de la Corporation des salles de cinéma du Québec (CSCQ).

Le regroupement, qui inclut également des acteurs de la distribution et de la production, assure avoir le feu vert des autorités gouvernementales pour aller de l’avant.

«Avant de s’embarquer là-dedans, on a consulté les autorités gouvernementales pour leur faire part qu’on pouvait opérer avec des mesures de distanciation. Et jamais on ne nous a dit que ce n’était pas possible. C’est la première validation qu’on a obtenue», a expliqué M. Bouchard.

Selon ce plan, les salles ne pourront opérer à plus de 50% de leur capacité. Des mesures pour conserver une distance de deux mètres entre les spectateurs seront également appliquées.

«On devra gagner la confiance des gens. Mais on prévoit aussi que les gens auront envie de sortir. Si on réussit à leur offrir un environnement sécuritaire, les spectateurs risquent de bien répondre.» Éric Bouchard, président de la Corporation des salles de cinéma du Québec

Les spectateurs seront également encouragés à se procurer leurs billets en ligne afin d’éviter de former des files d’attente à la billetterie.

«Nous pensons que c’est possible d’appliquer les mesures de distanciation sociale dans un cinéma, a soutenu Éric Bouchard, qui est également propriétaire du Cinéma Saint-Eustache. Il faudra s’ajuster à plusieurs égards, par exemple ne pas démarrer tous les films en même temps, s’assurer qu’une salle soit complètement vide avant de faire entrer les spectateurs…»

Quant aux mesures d’hygiène, rien n’est fixé pour l’instant.

«Y aura-t-il des masques ou pas? À quelle distance seront installés les distributeurs de Purell? Je ne veux pas aller là pour l’instant», a indiqué le président de la CSCQ, qui assure que le comité de relance travaille à partir du guide fourni par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour bâtir un «plan robuste et sécuritaire».

Quoi présenter?

C’est toute la chaîne de production de la télévision et du cinéma québécois qui est présentement à l’arrêt. Advenant une réouverture à la mi-juin, que présenteront les exploitants de salles?

«Théoriquement, on reprendra où on a laissé, a soutenu Éric Bouchard. Au cours des deux, trois premières semaines, on pourra présenter les films qui étaient à l’affiche lors du déclenchement du confinement et qui ne sont pas encore allés sur les plateformes numériques comme 14 jours, 12 nuits, Mafia Inc, etc. Et lorsque juillet arrivera, tout porte à croire que les Américains seront prêts à reprendre leurs activités.»

Le comité de relance prévoit également reprogrammer des classiques du cinéma québécois pour attirer les gens en salle en attendant un retour du cycle normal des sorties.

Articles similaires