Culture
12:00 17 juillet 2020 | mise à jour le: 17 juillet 2020 à 15:48 temps de lecture: 3 minutes

Crise au MBAM: des appuis internationaux pour Nathalie Bondil

Crise au MBAM: des appuis internationaux pour Nathalie Bondil
Photo: Denis Beaumont/MétroNathalie Bondil

La crise interne qui secoue le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) à la suite du congédiement de Nathalie Bondil a des échos jusqu’en France.

En entrevue au magazine spécialisé The Art Newspaper , la directrice du musée du Quai d’Orsay, Laurence des Cars, s’est dite «consternée par les conditions absolument inacceptables et choquantes» qui ont mené au congédiement de Nathalie Bondil.

Selon un article du Devoir, le prestigieux musée parisien entend tout de même poursuivre sa collaboration avec le MBAM pour présenter à Montréal l’exposition Les origines du monde en 2021.

The Art Newspaper avait plutôt annoncé que les deux musées cessaient toute collaboration.

Nathalie Bondil est l’une des commissaires de l’exposition consacrée à la représentation de la nature au 19e siècle.

Emma Lavigne, directrice du Palais de Tokyo, musée consacré à l’art contemporain dans la capitale française, a également remis en question sa collaboration avec le MBAM.

«Nathalie Bondil a inscrit le Musée des beaux-arts sur la scène internationale et a démontré à des millions de visiteurs que le mariage entre l’art et l’humanisme pouvait être une réalité tangible», a-t-elle déclaré, ajoutant que son licenciement était «un acte de pure violence qui menaçait l’esprit et la vie des institutions muséales».

Québec s’en mêle

Par ailleurs, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a annoncé jeudi qu’elle mandatait une firme indépendante pour examiner l’encadrement et la supervision de la conduite des affaires du Musée.

«Cet exercice a pour objectif d’obtenir des recommandations sur le rôle et les responsabilités de chacun», a mentionné la ministre dans un communiqué.

Le gouvernement du Québec est le plus important bailleur de fonds du MBAM, avec un financement annuel de 16 millions $.

Le conseil d’administration du Musée a réagi favorablement à cette initiative, tout en maintenant que la décision de renvoyer la directrice générale était la bonne.

«Nous continuerons d’offrir notre entière collaboration à la ministre et à la firme indépendante mandatée par elle. Nous demeurons toutefois convaincus que la décision de mettre fin au contrat de Mme Bondil était la bonne en vertu de notre rôle de fiduciaire qui est de veiller aux intérêts supérieurs du Musée ainsi qu’au respect de ses valeurs et de ses employés», a dit Michel de la Chenelière, président du conseil d’administration du MBAM.

Rappel

Nathalie Bondil a été congédiée lundi dernier par le conseil d’administration du MBAM, qui lui attribue la responsabilité d’un «climat de travail malsain» et le départ de plusieurs employés qui auraient victimes de harcèlement psychologique.

De son côté, Mme Bondil explique son congédiement par sa contestation du «processus irrégulier» qui a mené à la nomination de Mary-Dailey Desmarais – membre de la famille Desmarais, important donateur du musée – au poste de directrice de la conservation.

Articles similaires