Culture
15:23 5 janvier 2021 | mise à jour le: 5 janvier 2021 à 15:23 temps de lecture: 3 minutes

La Smithsonian Institution veut que vous lui racontiez votre année 2020

La Smithsonian Institution veut que vous lui racontiez votre année 2020
Photo: Gracieuseté

Comment raconter 2020 aux générations futures? Alors que beaucoup d’entre nous souhaitent l’oublier, la Smithsonian Institution a lancé un appel à témoignages pour créer une capsule temporelle de cette année si particulière pour la postérité.

Le principe est simple: toute personne âgée de 18 ans ou plus est invitée à partager ses souvenirs et ses histoires personnelles autour de 2020 qui seront conservés dans les archives numériques du National Museum of American History, au sein de la Smithsonian Institution. Et ce, quelle que soit leur longueur selon le musée américain. «Nous voulons créer une archive inclusive, large et personnelle de ce moment – une capsule temporelle numérique pour les générations futures et un forum de conversation pour le présent», explique-t-il sur son site.

Mais comment mettre des mots sur une année riche en bouleversements, entre la pandémie de Covid-19 et la résurgence du mouvement Black Lives Matter? Si la tâche peut sembler ardue, le National Museum of American History a indiqué quelques points de réflexion pour vous aider à prendre la plume. Pour ne pas y aborder ce que l’expression «nouvelle normalité» évoque pour vous, ou encore comment votre vie quotidienne a changé au cours des douze derniers mois. Les participants à l’initiative «Stories of 2020» peuvent également ajouter une vidéo et jusqu’à cinq photos à leur témoignage.

Des recettes aux rêves «made in confinement»

La Smithsonian Institution n’est pas le seul établissement culturel à ouvrir ses archives aux contributions du public pour garder une trace de l’année 2020. Mais récolter des artefacts relatifs à la pandémie peut s’avérer particulièrement difficile avec les restrictions sanitaires. «Toutes les collectes que nous avons faites, à quelques exceptions près de quelques collectes actives sur le terrain autour de Black Lives Matter, nous avons dû les faire par e-mail, par téléphone et par SMS et demander aux gens de garder des objets pour nous parce que nous ne pouvons physiquement pas les apporter», a expliqué Anthea Harting, directrice du National Museum of American History, au Guardian.

Pour contourner ce problème, la bibliothèque d’État du Victoria a constitué une armée de «citoyens-collectionneurs» qui l’aident à rassembler des documents relatifs à la Covid-19. Chaque semaine, l’établissement encourage les volontaires à partager des détails de leur vie quotidienne durant la pandémie, tels que leurs activités sociales, leurs recettes de cuisine «made in confinement» ou encore leurs rêves. Autant d’éléments, collectés dans le cadre de l’initiative «Memory Bank: A Collective Isolation Project», qui feront office de curiosités pour les générations futures.

Articles similaires