Culture
07:29 1 mars 2021 | mise à jour le: 1 mars 2021 à 16:23 temps de lecture: 4 minutes

«Le fou du roi est mort mais Dany Turcotte est vivant» – Guy A. Lepage

«Le fou du roi est mort mais Dany Turcotte est vivant» – Guy A. Lepage
Photo: Capture d'écran - Radio-CanadaDany Turcotte

Après seize ans et demi, 413 émissions et 1500 cartes distribuées, le fou du roi Dany Turcotte apparaissait pour la première fois en tant qu’invité de Tout le monde en parle pour expliquer sa démission. La haine des réseaux sociaux et le format sans public de l’émission ont eu raison de sa fonction.

Dany Turcotte avait décliné l’invitation la semaine dernière car il considérait que c’était encore trop tôt pour s’exprimer : «Je suis encore fragile émotivement, c’est comme un deuil, je dois passer à travers toutes ces étapes du deuil!»

Les critiques régulières qu’il recevait sur les réseaux sociaux ont érodé, année après année, sa motivation à rester le fou du roi du studio 42.

L’épisode de la blague envers Mamadi Camara a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «Dans ma famille, on dédramatise les pires moments de la vie. On en rigole. Je voulais le faire sourire [Mamadi Camara], mais je pense qu’il n’était pas encore dans ce cheminement et je le comprends. Voilà pourquoi c’était malhabile.»

Après cet épisode de la blague ratée, la décision de démissionner est apparue plus claire. «Ça fait seize ans et demi et chaque année je vivais quatre ou cinq moments difficiles comme celui que j’ai vécu avec Mamadi Camara, explique-t-il. Est-ce que j’ai encore le goût d’endurer cette haine-là? Je me suis laissé 24 heures et je me suis dit « si j’écris facilement la lettre de démission, je vais la poster ». Je l’ai écrite en cinq minutes. Elle était en moi.»

Par contre, Dany Turcotte a réfuté l’idée qu’il ait reçu de quelconques pressions pour qu’il démissionne. «C’était ma décision, ma démission», dit-il.

Une décision accentuée par le climat froid de l’émission due à l’absence de public. «J’avais l’impression qu’il faisait moins quarante dans le studio. Et à chaque fois que je faisais une blague, c’est de la glace qui sortait de ma bouche.»

Les réseaux sociaux, un lieu dangereux?

Revenant sur la haine qu’il a reçue, Dany Turcotte décrit les réseaux sociaux comme un lieu d’échanges anormal. «Il y a vraiment un problème avec les réseaux sociaux, il faudrait un cours de conduite. Ce n’est pas normal. Peut-être que je suis une bête fragile mais cette haine dans les réseaux sociaux m’a atteint de plus en plus».

Toutefois, il tempère la dureté des réseaux car cela ne concerne qu’une minorité. «J’ai reçu comme cent mille interactions positives sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Ce qui me fait dire que ce n’est que 5% des gens qui m’écrivent des bêtises.»

Un hommage, de l’émotion et un futur télévisuel pour Dany Turcotte

Le fou du roi a eu droit à son moment hommage sous la forme d’une compilation de ses moments les plus marquants. Seize ans d’interventions résumés en moins de quatre minutes, comme son «french kiss» avec Justin Trudeau en 2012, ou la révélation de son homosexualité en pleine émission.

D’ailleurs, M. Turcotte a abordé son homosexualité dans un segment remplit d’émotion. Il considère que faire son «coming-out» était une étape importante de sa vie. «C’était la meilleure décision de ma vie, les gens m’ont envoyé beaucoup d’amour [après l’annonce]. Les gens me disaient que je les avais aidés à vivre la leur ou celle de leurs enfants.»

Quant à son futur, Dany Turcotte veut d’abord prendre un «p’tit break». Travailler sur d’autres émissions de télévision avec un poste moins sous les projecteurs, participer à des téléséries et travailler sur un documentaire concernant la communauté LGBTQ+ l’intéresserait beaucoup.

«Merci à tout le public, toute l’équipe. Je suis fier d’avoir duré tout ce temps», termina-t-il, les larmes aux yeux.

Articles similaires