Culture

Alliance entre Ubisoft et Audiogram

Photo: Yves Provencher/Métro

Ubisoft et Audiogram combinent leurs forces pour aider les artistes québécois à rayonner sur la scène mondiale.

Ce mariage d’intérêts et de possibilités relevait de l’évidence: Ubisoft est un des leaders des jeux vidéo, avec des créations qui voyagent dans plus de 50 pays, et Audiogram, la plus importante maison de disques indépendante francophone en Amérique du Nord. Ensemble, ils tenteront de promouvoir la musique émergente d’ici.

Le partenariat débutera avec la sortie du jeu vidéo Just Dance 2016, dans lequel on retrouvera, entre deux tubes de Lady Gaga et de Britney Spears, la chanson Stadium Flow, du rappeur Imposs. Une pièce de calibre international, si on en croit Didier Lord, directeur du groupe musique d’Ubisoft. «Imposs est super talentueux et il mérite d’être au top… Cette alliance prend tout son sens grâce aux artistes.»

Pour le principal intéressé, qui affirme avoir eu carte blanche dans son travail, cette rencontre entre les deux arts est loin d’être banale. «Je pense que c’est un grand moment pour la musique, a lancé mardi en conférence de presse Imposs, connu pour son apport au groupe culte Muzion. Montréal est une plaque tournante du multiculturalisme et les jeux vidéo souffrent moins du piratage que l’industrie du disque.»

Surtout que, pour Philippe Archambault, directeur général d’Audiogram, «le marché numérique évolue sans cesse et il faut s’adapter». Cela signifie développer des stratégies avec les plus gros joueurs afin de rejoindre le plus grand nombre de gens qui ne sont pas nécessairement familiers avec les musiciens québécois.

«Just Dance et Imposs, c’est un fit parfait.» – Didier Lord, directeur du groupe musique d’Ubisoft

Cette association, d’une durée minimale de trois ans, ne se limitera pas seulement à la populaire série Just Dance, dont plus de 50 millions de copies ont été vendues. Elle pourra également s’étendre aux célèbres titres d’Ubisoft comme Assassin’s Creed et Far Cry, suivant l’empreinte créative et les types de mélodies recherchées.

«Aujourd’hui, l’artiste n’est pas un artiste en stéréo, avance Didier Lord. L’image est extrêmement importante. L’artiste est multimédia. Et il n’y a rien de mieux que les jeux vidéo pour illustrer cela.»

Articles récents du même sujet