Débats

Le pouvoir sous-estimé de nos municipalités

tribune libre
Tribune libre Photo: Métro
Marie-Ève Camiré, Salma El Hajjaji, François Roberge

Presque ignoré des citoyens et citoyennes – à en croire le faible taux de participation aux dernières élections (44 %) – le palier municipal influence pourtant grandement notre qualité de vie. Les conseils municipaux ont d’importantes responsabilités qui affectent non seulement notre quotidien, notre santé et notre bien-être, mais aussi notre résilience face aux changements climatiques et leurs conséquences sur chacun et chacune d’entre nous.

Inondations et tempêtes qui détruisent ou abîment nos maisons et infrastructures, smog et îlots de chaleur qui menacent notre santé, sécheresses qui réduisent la quantité d’eau disponible : nos villes et villages se retrouvent souvent premiers répondants face aux conséquences de la crise climatique et environnementale.

Un impact direct sur notre quotidien et notre avenir

Le pouvoir des municipalités est plus vaste que la « simple » gestion des poubelles et déneigement des rues.

Qu’il s’agisse du choix de nos modes de déplacement de tous les jours, tous sont influencés par les décisions prises par nos villes.

Nos conseils de villes influencent également ce qui se retrouve dans nos assiettes : de l’accès à un marché public aux commerces de proximité qui vendent des produits sains et locaux, à l’agriculture urbaine et aux jardins communautaires. 

Elles ont aussi un immense pouvoir sur l’aménagement du territoire, notre souveraineté alimentaire, la protection des milieux naturels et de la biodiversité.

Les experts du climat (GIEC) et de l’ONU sonnent l’alarme : nous devons réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre (GES). Au Québec, cela signifie entre autres électrifier nos transports, stopper l’étalement urbain, densifier les quartiers, diminuer l’auto-solo, changer nos habitudes de consommation y compris alimentaires. Nos petits gestes citoyens ne suffiront pas s’ils ne sont pas accompagnés de politiques ambitieuses et de véritables actions de la part de tous les décideurs, de tous les secteurs.

Il ne s’agit pas de réduire des GES pour la satisfaction d’atteindre une cible, mais plutôt d’améliorer notre santé, notre qualité de l’air, notre qualité de vie, notre bien-être, notre sécurité, notre vie en communauté. Il semble évident que les efforts en valent bien le coup !

Une élection décisive

Le 7 novembre prochain, les électeurs et électrices du Québec seront appelé(e)s à choisir les représentants et représentantes de 1 108 municipalités du Québec qui prendront des décisions déterminantes pour l’avenir de leur communauté pour les quatre prochaines années, et dont les effets se feront sentir pendant des décennies.

Afin d’aider la population à faire des choix éclairés lors du scrutin, nous citoyens et citoyennes de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve tentons d’organiser un débat non-partisan sur les enjeux environnementaux et la vision d’avenir de notre arrondissement, pour permettre aux électeurs et électrices d’entendre les propositions concrètes que souhaitent mettre en place nos candidats et candidates afin d’adresser l’urgence climatique. Karine Boivin Roy, Pierre Lessard-Blais, Robert Sévigny et Patricia Tulasne ont été invités. Nous espérons que vous répondrez présent à cette invitation.

Signataires

Marie-Ève Camiré

Salma El Hajjaji

François Roberge

Articles récents du même sujet