Investiture de Sophie Thiébaut comme candidate du NPD

Investiture de Sophie Thiébaut comme candidate du NPD
Photo: Annie Bourque/MétroLa candidate du NPD dans Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs, Sophie Thiébaut, veut défendre les causes du logement et de l’environnement.

Une soixantaine de militants ont accueilli chaleureusement Sophie Thiébaut qui a remporté sans surprise l’investiture du Nouveau parti démocratique (NPD) dans Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs, en vue des élections fédérales à l’automne.

Lors de son discours, Mme Thiébaut, a mentionné qu’à son arrivée au Canada, il y a 18 ans, elle a commencé à travailler au Centre d’éducation aux adultes dans Saint-Henri-Petite-Bourgogne.

«C’est ici qu’on m’a donné ma première chance», confie la femme de 48 ans, originaire de France.

La candidate néodémocrate a parlé des enjeux de la campagne, dont l’environnement et le logement.

«Le gouvernement sortant nous a fait des promesses au sujet de la Stratégie nationale de logement qui répond très peu aux besoins. On promet d’offrir des terrains fédéraux (Bridge-Bonaventure) qu’il faut revendiquer, car on a des besoins énormes en termes d’habitation», a-t-elle soutenu.

Un chef inspirant

Pesant soigneusement ses mots, Mme Thiébaut a rappelé le contexte au Québec où certains font des choix.

«Le fait qu’il puisse y avoir un parti fédéral où le chef Jagmeet Singh se présente, cela donne de l’espoir. Quel que soit la couleur de la peau ou ce qu’on porte sur la tête, cela peut être possible de devenir un jour premier ministre du Canada», a-t-elle mentionné.

L’ex-maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a tenu à offrir son appui à la candidate du NPD Sophie Thiébaut. Crédit: André Querry.

Des personnalités connues dont Luc Ferrandez, ancien maire du Plateau Mont-Royal et maintenant chroniqueur au 98,5 FM, Marjolaine Boutin-Sweet, députée néodémocrate dans Hochelega et la commissaire d’école, Violaine Cousineau, ont vanté sa candidature, lors de l’assemblée d’investiture.

Mme Boutin-Sweet croit possible l’élection de Mme Thiébaut, qu’elle qualifie de candidate «star» pour son parti.

«Elle travaille déjà sur le terrain avec les gens à améliorer leur vie. On a besoin de relève et de plus de femmes à Ottawa», a-t-elle fait valoir.

 

 

La citoyenne engagée dans le quartier Petite-Bourgogne, Nafijah Rahman, a souligné le dévouement et l’intégrité de la conseillère municipale dans Saint-Henri-Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles.

«Sophie est une grande alliée pour la communauté des femmes et des personnes immigrantes et je la vois comme un mentor.»

Haroun Bouazzi, défenseur des droits de la personne, a parlé de la capacité de la candidate à s’indigner.

Sophie Thiébaut compte sur l’appui de jeunes militants enthousiastes. Photo:Voix pop – Annie Bourque

«C’est important de s’indigner, car encore aujourd’hui, chez nous, on normalise les discours qui excluent des femmes, des minorités qui ferment la porte aux réfugiés. Sophie a le cœur au bon endroit et elle a cette capacité de vouloir faire la différence», a dit M. Bouazzi.

Violaine Cousineau a souligné que la conseillère municipale a toujours été là pour les enfants du Sud-Ouest. «Cela pourrait être chouette d’avoir sur la colline à Ottawa une femme qui garde ce souci de ce qui se passe sur le terrain.»

La candidate néodémocrate devra notamment affronter le député libéral sortant, Marc Miller.