Formation et emplois

Bien conscients de la cyberintimidation

Neuf répondants sur dix esti­ment que des pa­rents mieux informés pour­­­raient surveiller de fa­çon plus adéquate les acti­­vités en ligne de leurs en­fants. Photo:

Les trois quarts des Canadiens connaissent le terme cyberintimida­tion, ré­vèle un sondage national com­mandé par la Fé­dé­ra­tion canadienne des enseignantes et des en­seignants (FCE).

Pas moins 34 % des ré­pon­dants savent que des jeu­­nes de leur communau­té en ont été victimes dans la dernière année et un su­jet sur cinq est conscient que des enseignants le sont aussi.

«Cette sensibili­sation ac­crue du public au phénomè­ne de la cyberin­ti­mi­da­tion raffermit no­tre dé­ter­mination à nous attaquer à ce problè­me qui,à no­tre avis, s’aggra­ve dans les écoles et dans la so­cié­té», a déclaré la présidente de la FCE, Emily Noble.

Selon elle, il faut en fai­re davantage pour in­­former «les jeunes et toute la communau­­té sur ce problème de so­ciété grandissant».

Des solutions

Ainsi, neuf répondants sur dix esti­ment que des pa­rents mieux informés pour­­­raient surveiller
de fa­çon plus adéquate les acti­­vités en ligne de leurs en­fants alorse 86% d’entre eux estiment que la prévention passe aus­si par une formation plus adé­quate du personnel enseignant sur cette problématique.

Les commissions scolai­res devraient aussi se mouil­­ler, croient-ils. De l’avis
de 96 % des répondants, les commissions sco­­laires devraient également élaborer et appliquer des politi­ques rendant leurs élèves responsables lors­qu’ils se livrent à des actes de cyberintimidation.

Articles récents du même sujet