Formation et emplois

Grégory Gomez Del Prado: S'exiler de l'Europe pour découvrir Montréal

Aujourd’hui sergent et agent d’information à la Sûreté du Québec, Grégory Gomez Del Prado a toujours eu la piqûre pour les voyages. Cette passion a commencé dès son jeune âge, alors que le travail de son père aux Nations unies a amené sa famille à se déplacer d’un pays à l’autre. «C’est une chance que j’ai eue, croit-il. Ça m’a donné le goût du voyage, le goût de la découverte et la curiosité de connaître d’autres cultures.»

C’est ainsi qu’il a quitté l’Europe âgé à peine de 17 ans pour venir étudier à Montréal. «Mon frère était en Ontario, et le Canada nous intéressait, se souvient-il. J’avais déjà planifié venir ici pour étudier à l’université; je suis simplement venu un peu plus tôt que prévu!»

Après avoir terminé son baccalauréat français (l’équivalent du secondaire et du cégep) au Collège Stanislas de Montréal, le jeune homme s’inscrit à l’Université McGill en psychologie. «C’est à ce moment-là que l’idée de devenir policier a germé», raconte le sergent.

C’est grâce au programme de candidatures conventionnelles de la Sûreté du Québec qu’il a finalement pu faire son entrée dans la profession, en complétant une Attes­tation d’études collégiales de 30 semaines en techniques policières, puis en réussissant le Program­me de formation initiale en patrouille-gendarmerie à Nicolet. Tout ça en complétant une maîtrise en criminologie.

Expériences utiles
Selon Grégory Gomez Del Prado, ses voyages passés et son exil à 17 ans ont certes eu un effet bénéfique sur sa personnalité. «Avoir voyagé beaucoup me permet de m’adapter plus facilement à un nouveau milieu, illustre-t-il. De plus, le fait d’avoir vécu en appartement assez jeune m’a obligé à savoir me débrouiller tôt. Et être autonome implique aussi certaines responsabilités.»

Son parcours de grand voyageur ne s’arrête cependant pas là. Alors qu’il est à mi-chemin d’un doctorat en criminologie, M. Gomez Del Prado n’écarte pas l’idée, à long terme, de poursuivre sa carrière de policier de la Sûreté du Québec à l’international. «C’est très bénéfique pour l’être d’aller voir ailleurs et de découvrir d’autres cultures», justifie-t-il.

Articles récents du même sujet