Formation et emplois

La force des points communs

Je faisais récemment une consolidation d’équipe quand un des participants, pendant la pause, est passé me voir pour me raconter une expérience vécue au bureau : «Pour être franc, Nathalie me tombait sur les nerfs et je l’évitais le plus possible. Si je savais qu’elle prenait son café à 10 h, je prenais le mien à 10 h 30. Si elle se trouvait dans un couloir, j’empruntais l’autre pour me rendre à mon bureau. C’était ainsi. Jusqu’au jour où j’ai remarqué, pendant la pause du dîner, qu’elle lisait un roman de mon auteur favori. Je me suis alors dit qu’elle avait sûrement de belles qualités…»

Belle histoire, n’est-ce pas? Selon les spécialistes, les êtres humains préfèrent les gens qui leur ressemblent. Cela viendrait du temps où nous nous tenions en clans dans des territoires que nous devions farouchement défendre. Nous avons appris à faire confiance aux gens qui nous ressemblent et à redouter ceux qui sont différents.

Comment pouvez-vous exploiter ce phénomène pour vous faire apprécier davantage et que les gens écoutent votre point de vue, aient envie de vous aider ou se sentent impliqués dans vos projets? Je vous propose quelques trucs.

Quatre moyens d’y arriver
Soyez à l’affût des signes externes. Quel livre est-elle en train de lire? Quels éléments décorent son espace de travail? Où a-t-il obtenu son diplôme? Ce sont là des indices qui vous permettront rapidement de vous trouver des points communs et de les faire ressortir grâce à quelques questions. Par exemple : «Oh, tu aimes Stephen King? As-tu lu Le talisman des territoires?»

Posez des questions. Renseignez-vous sur les goûts de vos pairs. Apprenez à mieux les connaître. Au fil des interactions, vous vous découvrirez peut-être des passions communes. Adaptez-vous à vos collègues. N’agissez pas en extraverti pur (grands gestes, paroles saccadées, élocution rapide) si vous vous adressez à un pur introverti. Au contraire, adaptez-vous à lui en faisant des phrases plus courtes, en parlant plus lentement et en respectant son territoire.

Faites un suivi. Vous savez maintenant qu’un de vos collègues est un fan du Canadien et les médias vous ont appris que la victoire a été époustouflante hier soir? Faites-en mention pendant la journée. Pourquoi vous priver de la complicité qu’engendrent des passions communes? Ne vous privez pas de meilleures relations puis­que cela est à portée de main. Trouvez-vous des points communs dès aujourd’hui. Vos collègues vous apprécieront davantage et il en ira de même pour vous à leur égard.

Articles récents du même sujet