Formation et emplois

Les Canadiens seraient prêts pour le télétravail

À l’occasion de la journée nationale du télétravail, plus de 50 000 Canadiens ont manifesté leur appui à l’événement. «Près de 50 000 Canadiens se sont prononcés en faveur d’une Journée nationale du télétravail; le gouvernement entendra leur de­mande», a dit Gabriel Bouchard, président et chef de Workopolis. «Nous som­mes emballés de pouvoir compter sur un des parlementaires les plus dévoués au pays, Mike Savage, pour appuyer cette initiative visant à aider les em­plo­yeurs à offrir un milieu de travail souple et hautement productif, qui peut procurer de nombreux avan­tages à la société.»

Selon un récent sondage mené pour le compte de Workopolis, 39 % des Canadiens croient que le principal avantage lié au télétravail est la réduction de la pollution et du trafic automobile. Pour soutenir les préoccupations environnementales ainsi exprimées, Workopolis fera don de 10 000 $ au Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada) dans le but de soutenir les nombreuses initiatives de l’organisation visant à rendre les entreprises plus écologiques. Le télétravail est bénéfique autant pour les employés que pour les employeurs. Il permet de jouir d’un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle.

De plus, les télétravailleurs peuvent profiter du temps normalement con­sacré au transport pour accomplir une partie de leurs tâches et même s’occuper de leurs responsabilités familiales, et ce, sans nuire à leur productivité.  Les employeurs pour leur part profitent d’un taux de roulement plus faible et d’une plus grande productivité. Enfin, de nombreux employés croient que la possibilité de travailler de la maison est un avantage qui permet aux organisations d’attirer et de conserver des candidats de premier ordre. 

En chiffres
L’étude menée pour le compte de Workopolis révèle que :

  • 51 % des Canadiens affirment être disposés à utiliser leurs propres ressour­ces, notamment leur ordinateur personnel, pour travailler de la maison.
  • 28 % indiquent qu’ils sont prêts à travailler un plus grand nombre d’heures, et environ deux personnes sur dix (19 %) affirment qu’elles sont prêtes à accepter une réduction de salaire si elles peuvent travailler de chez elles.
  • 16 % des travailleurs échangeraient volontiers des journées de vacances pour être en mesure de travailler depuis leur domicile et ainsi jouir d’un horaire de travail plus flexible.

Articles récents du même sujet