Formation et emplois

Septembre, synonyme de reprise et de stress

Pour de nombreux travailleurs canadiens, le retour à un horaire de travail normal peut s’avérer stressant, plus particulièrement au terme d’un été composé de longs week-ends et d’un environnement de travail plus décontracté.

Selon un récent sondage mené par Workopolis, plus de la moitié des travailleurs canadiens (53 %) affirment que la possibilité de travailler à la maison faciliterait le retour au travail après la période des vacances estivales.

Par ailleurs, 29 % des répondants affirment qu’un ajustement de l’horaire de travail les aiderait à garder le moral durant l’automne, et 10 % croient qu’un code vestimentaire moins strict rendrait le retour au travail plus agréable. Enfin, 7% des Canadiens indiquent qu’­une réduction du nombre de réunions faciliterait la transition à un horaire de travail régulier.

«Les travailleurs ne doivent pas négliger les effets potentiels du stress causé par le retour au travail à l’automne, précise Gabriel Bouchard, président et chef de Workopolis. Il s’agit d’une période de transition qui peut avoir des répercussions, autant positives que négatives, sur leur attitude envers leur employeur. Les modifications apportées par certaines entreprises au cours de l’été jouent un rôle important dans la satisfaction des employés.» 

Les raisons
Voici les principales raisons qui poussent les Canadiens à partir à la recherche d’un nouvel emploi.

  • L’équilibre travail-vie familiale:  27 % des répondants expriment le désir de séparer complètement boulot et vie familiale, dans le but de se consacrer entièrement à leur famille après les heures de travail.
  • L’absence de promotion ou de bonnes possibilités d’avancement a convaincu:  24 % des répondants de se chercher un nouvel emploi.
  • Le manque d’augmen­tation salariale: 19 % des répondants sont partis en quête d’un nouvel emploi parce qu’une augmen­tation salariale ne leur a pas été accordée.

Articles récents du même sujet