Formation et emplois

L'INIS passe à la haute définition

Exit les caméras à pellicule. L’Institut national de l’image et du son (INIS) renouvellera ses équipements afin que ses étudiants puissent travailler avec des technologies de haute définition, ce qui est devenu la norme dans l’industrie du cinéma, de la télévision et des médias interactifs. «L’INIS rejoint donc les autres écoles de cinéma à travers la planète», a déclaré vendredi le directeur général de l’institution, Michel G. Desjardins. 

L’école du boulevard de Maisonneuve prévoit entre autres acheter de nouvelles caméras, mais aussi moderniser sa régie technique, acquérir de nouveaux lo­giciels et améliorer ses serveurs de stockage d’information. L’acquisition de ces nouveaux équipements, qui coûtera 868 000 $, sera en grande partie assumée par le gouvernement du Québec. Celui-ci a accordé une aide financière de 765 000 $. L’INIS déboursera la différence.

Les étudiants pourront utiliser les nouvelles caméras et travailler dans une régie technique modernisée au plus tard cet automne. Les diplômés pourront aussi en profiter, de même que les membres de l’Association des écoles supérieures d’art de Montréal, ce qui a fait dire à M. Desjardins que l’investissement est très rentable.

Avec ces nouveaux équipements, l’INIS compte diminuer ses coûts de production puisque,  présentement, pour permettre à des étudiants de découvrir les technologies de haute définition, des équipements sont loués.

Québec augmente sa contribution à l’INIS
Le gouverne­ment du Québec a bonifié de 20 000 $ l’aide financière qu’il accorde cette année à l’INIS. «Si on veut que l’Institut puisse poursuivre sa mission, il faut l’accompa­gner», a dit la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine St-Pierre. En 2008, à la suite de l’abolition de programmes fédéraux de subven­tions, le centre de formation profession­nelle a vu son budget amputé de 900 000 $. Québec avait réagi en augmen­tant sa contri­bution de 200 000 $, puis de 1 M$ en 2009-2010 et en 2010-2011. Le directeur général de l’INIS, Michel G. Desjardins, a indiqué que le financement représente un défi constant pour l’école.

Articles récents du même sujet