Formation et emplois

Que connaissez-vous en informatique?

Lorsqu’on vous interroge à ce sujet durant un entretien d’embauche, il importe d’accorder une attention toute particulière au mot choisi par l’intervieweur : connaissance, et non expertise. Plusieurs chercheurs d’emploi, en raison d’un manque de confiance en eux, ont la fâcheuse manie de minimiser leurs habiletés, et par conséquent, de saboter eux-mêmes leur entrevue, commettant ainsi une «tentative de suicide professionnel».

En général, pour l’employeur, le fait que vous ayez appris les bases d’un logiciel, à l’école ou par vous-même, suffit. Or, le chercheur d’emploi a souvent l’impression que pour avoir le droit de nommer des logiciels, il doit absolument les maîtriser sur le bout de ses doigts. Vous connaissez le fonctionnement sommaire d’un logiciel? Alors vous le connaissez, point. Pour ce qui est de certaines fonctions plus avancées, vous les apprendrez quand l’occasion se présentera.

Le contenu de votre réponse doit évidemment être adapté aux besoins de l’employeur, habituellement formulés dans l’offre d’emploi. Par ailleurs, si vous connaissez un logiciel seulement de nom, mais que vous en maîtrisez un autre pratiquement identique, n’hésitez pas à le mentionner, puis insistez sur votre capacité d’apprentissage.

Exemple de réponse
«J’ai une très bonne connaissance de Simple Comptable, Excel et Word, que j’utilisais quotidiennement dans mon dernier emploi. Je connais aussi Acomba, puisque je l’ai appris pas plus tard que la semaine dernière! Je sais que vous demandez également une connaissance d’Avantage, que je n’ai pas pour le moment. Par contre, vu que je connais très bien deux autres logiciels comptables, je peux vous assurer que j’apprendrai celui-là très rapidement, d’autant plus que j’ai une grande capacité d’apprentissage.»


Cette chronique est un service de Septembre éditeur.
www.monemploi.com

Articles récents du même sujet