Soutenez

Pourquoi certaines citrouilles ont-elles de l’acné? 

La Warty Goblin, également appelée la citrouille gobelin verruqueux Photo: RichLegg, iStock

On voit de plus en plus de courges et de citrouilles avec des verrues sur les étals des marchés et comme décorations à l’Halloween. Mais qu’est-ce qui explique ces petites déformations? Une maladie? Une mutation? Un moyen de protection? Métro a mené son enquête. 

S’il existe effectivement des maladies et des champignons qui peuvent causer ces verrues, ce ne sont évidemment pas des courges contaminées qu’on retrouve sur le marché. 

Jointe par Métro, la copropriétaire du Centre d’interprétation de la courge de Saint-Joseph-du-Lac Catherine Lauzon explique que plusieurs variétés de courges et de citrouilles possèdent ces caractéristiques. Il y en aurait d’ailleurs de plus en plus sur le marché afin de répondre à la demande de la clientèle puisque les citrouilles verruqueuses gagnent en popularité. 

«C’est populaire pour la décoration et ça se mange aussi, donc on est à l’aise de les faire pousser», assure Catherine Lauzon. 

D’où viennent les verrues? 

Certaines variétés de courges qui sont à la base sans verrues peuvent aussi en développer sur leur peau afin de se protéger, précise-t-elle. «Parfois, il y a trop de sucre dans la plante, donc des verrues vont se former pour le stocker.»  

Ces cicatrices peuvent également se former sur la courge pour la protéger des coups, des excès de chaleur, ou encore du froid. 

En revanche, «c’est très rare qu’une citrouille décide par elle-même d’en créer pour se protéger ou pour garder son sucre. Si l’on voit une citrouille avec des verrues, c’est souvent parce que c’est une variété qui a été élaborée comme ça», précise-t-elle.  

Parmi les courges qui ont naturellement des verrues, il y a la galeuse d’Eysines. Les verrues de cette variété la rendraient très résistante aux insectes et aux maladies, affirme Catherine Lauzon. Pour ce qui est des citrouilles verruqueuses, la copropriétaire du Centre d’interprétation de la courge donne les exemples de la Warty Goblin, la Grizzly Bear, la Goosebumps, ou encore la Specter, cette dernière étant facilement reconnaissable par sa couleur blanchâtre. 

La texture des verrues de la galeuse d’Eysines se rapprocherait de celle du bois. Photo: AlpamayoPhoto, iStock.

Une saison difficile 

Offrant un service d’autocueillette, le Centre d’interprétation de la courge a perdu près de 50% de sa production cette année, soutient Catherine Lauzon. Inondation, pluie abondante et variation de température auraient rendu la saison particulièrement difficile, entre autres car ces facteurs sont propices aux développements de maladies.  

«Il y a plusieurs maladies avec lesquelles on s’est battu cet été, raconte Catherine Lauzon. Mi-août, on avait encore des courges qui n’avaient même pas commencé à pousser. Quand la plante a un si grand retard, elle finit juste par avorter.» 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.