Soutenez

Le tango des papilles à L’atelier d’Argentine

Photo: Yves Provencher/Métro

Quand on pense à l’Argentine, de prime abord, on ne pense pas forcément à sa gastronomie. Pourtant, cette cuisine est bien plus riche qu’on ne le pense. Et L’atelier d’Argentine en est un fier ambassadeur.

Situé dans le Vieux-Port, à l’endroit même où se tenait fièrement le défunt DNA, L’atelier d’Argentine a conservé le décor de son prédécesseur, conçu par Bruno Braën. On n’y trouve ni de couleur évoquant le pays d’Eva Perón ni drapeaux ou emblèmes nationaux. Les lieux sont sobres et empreints d’une modernité surprenante.

Et c’est l’Argentine Natalia Machado, récemment devenue la chef exécutive du restaurant, qui en a créé le menu. Une carte originale et contem­poraine, influencée par les cuisines du monde, et fidèle au menu typique du Buenos Aires d’aujourd’hui.

On nous installe dans un petit coin tranquille face aux grandes fenêtres qui donnent sur le musée Pointe-à-Callière. L’endroit est tout à fait charmant. Nous débutons ce qui s’avérera être un festin de roi par un humita, une empanada de maïs sucré. Première bouchée, première découverte et premières réjouissances. Le met est croquant à l’extérieur, tandis que l’intérieur laisse place aux saveurs de maïs. On accompagne le tout d’un Alamos 2011, un chardonnay de la région de Mendoza.

En entrée, nous avons opté pour la soupe de citrouille. Goûteuse à souhait, elle est rehaussée d’un crumble aux noix et d’une touche de crème qui donne onctuosité et délicatesse au tout.

Notre acolyte a, pour sa part, choisi un ragoût de lentilles. L’assiette copieuse est accompagnée d’une saucisse espagnole, de bacon et d’un confit de pomme de terre. Amateur de lentilles, on goûte et on découvre une recette simple et délicieuse.

Bien que la carte regorge de plats principaux, on se laisse tenter par une bavette de bœuf braisée. Et c’est un bon choix. Accompagnée de pommes de terre, de tomates séchées et de mesclun, l’assiette copieuse est un vrai régal. La viande tendre fond dans la bouche. Un vrai plat réconfortant.

Notre invité a essayé le risotto aux champignons sauvages. Et l’Italie n’a qu’à bien se tenir! Le risotto est parfaitement cuit et apprêté. Encore une réussite pour L’atelier d’Argentine, qui fait danser nos papilles.

C’est le Naranjo en flor qui clôt, sur une note sucrée, ce savoureux voyage argentin! Ce Napoléon orange et vanille est une sorte de mille feuille croquant parfumé à l’orange et entrecoupé de crème à la vanille. Un D.É.L.I.C.E!

L’atelier d’Argentine fait désormais partie de nos restaurants coups de cœur de la métropole. On y retourne sans hésiter.

En résumé

  • L’occasion. Un tête-à-tête en amoureux, un souper entre amis ou en famille. Tous les prétextes sont bons.
  • L’ambiance et le décor. Le décor est moderne et bien agencé, et l’ambiance est chaleureuse.
  • Les prix. Entrée : de 6 à 14 $. Plats principaux et viandes à partir de 18 $. Desserts entre 6 $ et 9 $. Verre de vin : 9 $.
  • Nous avons aimé. Le rapport qualité/prix. Et la générosité des portions.
  • Nous avons moins aimé. Nous cherchons encore un véritable point négatif.

Atelier d’Argentine
355, rue Marguerite-d’Youville
514 287-3362

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.